Vendredi 6 mars 2020 | Kaiser Health News

Trump signe un solide projet de loi de 8,3 milliards de dollars sur le financement d’urgence du coronavirus que le Congrès a envoyé à une vitesse inhabituelle

Les législateurs des deux parties ont souligné que le Congrès « va regarder où va l’argent ». Chaque État recevra au moins 4 millions de dollars d’assistance et HHS a également reçu l’ordre d’utiliser 3,1 milliards de dollars de son quota pour les fournitures médicales, la fabrication de vaccins et la garantie que les systèmes de santé sont en mesure de gérer l’épidémie. Pendant ce temps, l’industrie pharmaceutique a réussi à obtenir une victoire sur le contrôle des prix des vaccins, mais les progressistes continuent de pousser la question.

L’Associated Press:
Trump signe un projet de loi de 8,3 milliards de dollars pour lutter contre l’épidémie de coronavirus aux États-Unis


Le président Donald Trump a signé vendredi une mesure de 8,3 milliards de dollars pour aider à lutter contre l’épidémie de coronavirus qui a tué 12 personnes aux États-Unis. et infecté plus de 200. La législation fournit aux agences fédérales de santé publique de l’argent pour les vaccins, les tests et les traitements potentiels et aide les gouvernements des États et locaux à se préparer et à répondre à la menace. La propagation rapide du virus a ébranlé les marchés financiers, interrompu les voyages et menace d’affecter la vie quotidienne aux États-Unis. (Taylor, 3/6)

CNN:
Coronavirus: le Sénat approuve un plan de réponse de 8,3 milliards de dollars


Le décompte final pour le vote du Sénat était de 96-1. Sen. Rand Paul a été le seul sénateur à voter contre la mesure. Avant le vote sur le passage final, le républicain du Kentucky a également proposé un amendement au programme de financement des coronavirus qui compenserait les coûts en annulant certaines dépenses d’aide étrangère. Mais le Sénat a voté pour déposer ou tuer la motion. (Foran et Barrett, 3/5)

Le Wall Street Journal:
Le Sénat adopte le projet de loi sur les dépenses de coronavirus et envoie un dossier à Trump


La législation, qui a été adoptée à une écrasante majorité mercredi, finance les efforts de recherche pour développer un vaccin, alloue de l’argent aux gouvernements des États et locaux pour lutter contre l’épidémie et envoie des dollars à l’étranger pour soutenir les efforts de riposte. Il assouplit également les exigences imposées aux bénéficiaires de Medicare qui reçoivent des services de télémédecine et fournit 20 millions de dollars pour financer une augmentation aux États-Unis. Prêts aux petites entreprises (Duehren, 3/5)

NBC News:
Le Sénat adopte une loi d’urgence de 8,3 milliards de dollars pour lutter contre le coronavirus


La loi fournirait plus de 2 milliards de dollars aux Centers for Disease Control and Prevention pour le financement de la santé publique pour la prévention, la préparation et l’intervention. Il allouerait également plus de 3 milliards de dollars à un fonds d’urgence de santé publique et aux National Institutes of Health pour la recherche et le développement de vaccins, de traitements et de tests du coronavirus. Le projet de loi fournirait également près de 1,3 milliard de dollars pour aider à protéger la santé des Américains vivant à l’étranger contre le virus. (Shabad, 3/5)

Politicien:
Le Sénat approuve un programme d’urgence de 8,3 milliards de dollars pour le coronavirus


« C’est un début terriblement robuste », a déclaré le représentant Tom Cole (R-Okla.), Top républicain du panel de la Chambre qui finance le ministère de la Santé et des Services sociaux. « Je suis très heureux que cela ait été accompli de manière bipartite au milieu d’une année électorale, avec une polarisation très intense. Donc, nous pouvons encore faire certaines choses ici dans l’intérêt du peuple américain. » Le débat sur une réponse nationale continue cependant d’être teinté de partisanerie et de critiques sur la gestion de la crise par l’administration Trump alors que les ministères fédéraux se préparent à utiliser les nouveaux milliards de dollars pour lutter contre l’épidémie. (Scholtes et Emma, ​​3/5)

Politicien:
Comment l’industrie du médicament a réussi son chemin sur le coronavirus


L’industrie pharmaceutique montre que même en cas de crise, elle peut user de son influence à Washington pour lutter contre les efforts visant à réduire ses bénéfices. Les lobbyistes de l’industrie ont réussi à bloquer les tentatives cette semaine d’inclure un libellé dans le projet de loi sur les dépenses d’urgence de 8,3 milliards de dollars pour les coronavirus qui aurait menacé les droits de propriété intellectuelle pour les vaccins et les traitements dont le gouvernement décide que le prix est inéquitable. (Karlin-Smith, 3/5)

Stat:
Les progressistes poussent Trump à s’assurer que le vaccin contre le coronavirus est abordable


Les démocrates progressistes font pression pour limiter le montant que les fabricants de médicaments peuvent facturer pour un vaccin contre le coronavirus. Un groupe de législateurs a tenu une conférence de presse jeudi pour faire pression sur l’administration Trump afin d’imposer des contrôles de prix sur tout traitement lié aux coronavirus et pour appeler leurs collègues à reconsidérer certaines des ambitieuses lois sur les prix des médicaments qu’ils ont présentées ce Congrès. (Florko, 3/5)

Et dans d’autres nouvelles –

Le Wall Street Journal:
Capitol Hill reste ouvert alors que les législateurs s’inquiètent de travailler dans une «boîte de Pétri»


La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, a déclaré qu’il n’était pas prévu de fermer le bâtiment du Capitole aux touristes ou aux membres du Congrès en cas d’épidémie de coronavirus, les législateurs ayant préparé des plans d’urgence pour leurs bureaux. « Nous serons prêts si quelque chose se produit », a déclaré Mme Pelosi, citant les efforts déployés par le personnel du Capitole pour s’assurer que les législateurs et le personnel pouvaient travailler à domicile selon les besoins, et encourageant les pratiques d’hygiène telles que le lavage des mains pour les fonctionnaires et les visiteurs. Mais elle a noté les limites de l’approche. (Andrews et Wise, 3/5)

WBUR:
Au milieu des craintes liées au coronavirus, les sénateurs demandent la suspension d’une règle qui pourrait décourager les immigrants de demander des soins


Sen. Elizabeth Warren souhaite que l’administration Trump suspende immédiatement la mise en œuvre d’une nouvelle règle sur les charges publiques, ce qui rend plus difficile pour certains immigrants d’obtenir des cartes vertes s’ils utilisent les avantages publics. Cela survient alors que des experts en santé publique et en droit à travers le pays s’inquiètent de s’assurer que les immigrants documentés et sans papiers se sentent en sécurité d’accéder aux soins de santé alors que les craintes augmentent autour du nouveau coronavirus. (Dooling, 3/5)

«Nous n’avons pas assez de tests»: malgré les promesses, Pence admet que l’offre ne peut pas encore répondre à la demande

Le vice-président Mike Pence a initialement affirmé que le gouvernement serait en mesure de fournir des tests « pour ceux que nous pensons avoir été exposés, pour ceux qui présentent des symptômes ». Le secrétaire du HHS, Alex Azar, dit maintenant que le gouvernement sera en mesure de fournir des tests à environ 400 000 personnes d’ici la fin de la semaine.

CNN:
Pence admet que «nous n’avons pas assez de tests» pour répondre aux demandes car le retard dans les tests de coronavirus persiste


La confusion et les retards semblent persister dans les tests de dépistage des coronavirus sur les Américains, même après un tollé des autorités sanitaires nationales et locales que les États-Unis étaient en retard pour déterminer l’étendue de l’épidémie. Le vice-président Mike Pence, qui dirige la réponse de l’administration à la crise des coronavirus, a reconnu jeudi qu’il y avait une pénurie dans le nombre de kits de test nécessaires pour répondre à la demande. « Nous n’avons pas suffisamment de tests aujourd’hui pour répondre à ce que nous prévoyons être la demande à l’avenir », a déclaré Pence aux journalistes lors d’une visite des installations de 3M au Minnesota. (Liptak, 3/5)

L’Associated Press:
Les laboratoires américains attendent les kits de détection de virus promis par l’administration


Les responsables de l’administration Trump ont doublé leur promesse de fournir 1 million de tests pour le coronavirus cette semaine alors que les États ont signalé un nombre limité de tests et que les législateurs fédéraux ont exprimé des doutes sur le calendrier du gouvernement. Le secrétaire à la Santé et aux Services sociaux, Alex Azar, a déclaré aux journalistes jeudi qu’un fabricant privé autorisé à effectuer les tests prévoit d’expédier les kits aux États-Unis. laboratoires en fin de semaine. Cela équivaut à la capacité de tester environ 400 000 personnes, étant donné qu’il faut plusieurs échantillons de test pour confirmer un résultat. (Perrone et Stobbe, 3/5)

Reuters:
États-Unis Sera en mesure de tester 400 000 personnes pour le coronavirus d’ici la fin de la semaine: fonctionnaires


« En ce moment, c’est un défi si vous êtes un médecin qui veut faire tester quelqu’un », a déclaré Azar, à la suite d’un briefing avec les législateurs, ajoutant que les médecins ne pouvaient atteindre qu’un réseau limité de laboratoires de santé publique. « Cette expérience s’améliorera au cours des prochaines semaines, semaines et demie, deux semaines. Mais ne soyez pas surpris si vous entendez les inquiétudes des médecins qui disent: » J’ai un patient. Je ne sais pas comment y parvenir « . « Azar a déclaré aux journalistes. (3/5)

ProPublica:
J’ai survécu au SRAS et j’ai fait rapport sur Ebola. Telles sont les questions que nous devrions nous poser sur le coronavirus.


Peu importe si des boîtes sur des boîtes de kits sont disponibles si les laboratoires ont du mal à mettre en place les tests ou manquent de personnel pour les exécuter. À la fin de la journée, ce que je veux savoir (et j’imagine, ce que tout le monde veut savoir), c’est combien de personnes peuvent être testées. C’est l’unité pour laquelle je fais pression sur les responsables de la santé publique et les directeurs de laboratoire lorsque je les interroge. Voici quelques notions de base qui peuvent être utiles à garder à l’esprit: Les kits de test CDC peuvent être considérés un peu comme un kit de repas Blue Apron; un assemblage est nécessaire avant qu’un laboratoire puisse commencer les tests. Ce n’est pas comme une barre de protéines, prête à manger directement hors de l’emballage. Mercredi, l’Association des laboratoires de santé publique, qui représente les laboratoires de santé publique à travers les États-Unis, m’a dit que chaque kit de test CDC peut exécuter environ 700 échantillons. (Chen, 3/5)

CNN:
Que se passe-t-il réellement lors d’un test de coronavirus?


Tu as de la fièvre. Vous êtes en détresse respiratoire. Et vous pourriez même être hospitalisé pour une pneumonie. Les médecins craignent que vous n’ayez été infecté par le nouveau coronavirus. Que se passe-t-il ensuite? Idéalement, vous serez testé pour le virus, qui a rendu malades des dizaines de milliers de personnes dans le monde et en a tué plus de 3 000. (Azad, 3/5)

Dans d’autres nouvelles sur les tests –

Reuters:
États-Unis L’armée déploie les premiers kits pour les tests de coronavirus mais sa capacité est limitée


États-Unis les laboratoires militaires ont commencé à recevoir leurs propres kits de test pour déterminer si les troupes américaines ont le nouveau coronavirus, ont déclaré des responsables, après avoir compté sur des tests externes dans les deux mois environ depuis que la Chine a signalé les premiers cas. Mais la capacité est encore limitée, tout comme la distribution des kits de test, disent-ils. (Stewart, 3/5)

NPR:
Lorsque le coronavirus a frappé Seattle, ce laboratoire était prêt à commencer les tests


La semaine a été chargée au laboratoire de virologie dirigé par UW Medicine, qui comprend la faculté de médecine et les hôpitaux de l’Université de Washington. «Nous avons déjà effectué trois quarts de travail», explique le Dr Keith Jerome, professeur au département de médecine de laboratoire qui dirige le laboratoire. « Les gens vont être ici pratiquement tout le temps. » (Hamilton, 3/5)

WBUR:
Après un début «troublé», les tests de coronavirus s’intensifient en masse.


« Je suis sûr que vous avez entendu parler de l’histoire troublée du déploiement des tests dans les laboratoires de santé publique de l’Etat », a déclaré mercredi le Dr Larry Madoff, du Massachusetts Department of Public Health. « Je suis heureux de dire que nous avons surmonté ces obstacles maintenant et que des tests sont en cours depuis la semaine dernière au laboratoire de santé publique de l’Etat. » Cette «histoire troublée» fait référence à des plaintes répandues selon lesquelles l’offre de tests du gouvernement fédéral est loin de répondre aux besoins. Maintenant, les critères fédéraux pour les tests ont été élargis pour permettre aux médecins plus de discrétion pour commander des tests, et Madoff a déclaré aux législateurs que l’offre augmentait. (Goldberg, 3/5)

Plans de santé du gouvernement pour payer les tests; Les assureurs privés s’engagent également à atténuer les problèmes de coûts

Comme les fonctionnaires fédéraux promettent que les régimes Medicare, Medicaid et ACA couvriront les coûts de leurs tests, certains assureurs privés promettent de couvrir les tests de diagnostic lorsqu’ils sont commandés par un médecin, de faciliter le réseau, les références et les autorisations préalables et / ou de renoncer au partage des coûts pour les patients . Les États ont également pris des mesures pour atténuer les problèmes de coûts liés aux tests.

L’Associated Press:
Les assureurs couvriront les tests antivirus, mais vérifieront si des frais s’appliquent


Un jour après que le vice-président Mike Pence a assuré aux Américains que les tests de laboratoire pour le coronavirus seraient couverts par une assurance maladie privée et gouvernementale, cette promesse semble moins qu’étanche. En résumé: les régimes d’assurance Medicare, Medicaid et «Obamacare» couvriront les tests, ont annoncé jeudi des responsables. Les principaux assureurs ont également déclaré qu’ils couvriraient ces tests. Mais les personnes avec une assurance fournie par l’employeur devraient vérifier avec leur plan, car les copaiements et les franchises peuvent s’appliquer. Les services de santé de l’État testeront gratuitement. (Alonso-Zaldivar et Murphy, 3/5)

Reuters:
États-Unis Les assureurs s’efforcent de réduire les coûts directs du coronavirus


Les plans d’assurance santé des États-Unis (AHIP) ont déclaré que leurs membres, dont Cigna Corp (CI.N) et Anthem Inc (ANTM.N), couvriront les tests de diagnostic lorsqu’ils sont commandés par un médecin, faciliteront le réseau, les références et les exigences d’autorisation préalable et / ou renoncer au partage des coûts pour les patients. Le groupe a également déclaré qu’il « prendrait des mesures afin que les patients aient un accès continu à leurs médicaments sur ordonnance réguliers ». L’État de Washington a émis jeudi une ordonnance d’urgence exigeant que toutes les compagnies d’assurance-maladie réglementées par l’État renoncent aux copaiements et aux franchises pour tout consommateur nécessitant des tests pour le nouveau coronavirus. (Beasley, 3/5)

Le Wall Street Journal:
États-Unis et les assureurs prennent des mesures pour limiter les coûts des tests de coronavirus pour les patients


D’autres États pèsent des mouvements similaires. Dans le Rhode Island, où au moins deux personnes ont été confirmées infectées, l’organisme de réglementation des assurances de l’État envisage de demander ou de demander aux assureurs de renoncer au partage des coûts pour les tests de coronavirus, selon un porte-parole. « Nous voulons être sûrs d’avoir une réponse efficace », a-t-il déclaré. Le régulateur rencontre les assureurs vendredi. Les États prennent des mesures dans le souci que les consommateurs, même ceux qui ont une assurance, évitent de se faire tester ou traiter, car ils devraient faire face à de gros débours. Dans un sondage en mars de l’année dernière, la Kaiser Family Foundation a constaté que plus de la moitié des États-Unis les adultes ont dit qu’ils ou un membre de leur famille avaient suspendu les soins de santé en raison des coûts. Parmi ceux qui ont une assurance, 34% ont dit qu’il était difficile de payer le coût de leurs franchises. (Wilde Mathews, 3/5)

Chronique de San Francisco:
La Californie ordonne aux assureurs de renoncer aux frais remboursables pour les tests de coronavirus


Le California Department of Insurance et le Department of Managed Health Care ont ordonné à tous les plans commerciaux à service complet et à Medi-Cal de «réduire immédiatement le partage des coûts – y compris, mais sans s’y limiter, les co-paiements, les franchises ou la coassurance – à zéro pour tous pour des raisons médicales. dépistage et tests nécessaires pour COVID-19, y compris l’hôpital, le service des urgences, les soins urgents et les visites des bureaux des prestataires où le but de la visite doit être dépisté et / ou testé pour COVID-19.  » (Pender, 3/5)

Boston Globe:
Les législateurs pressent Baker de renoncer au co-paiement des tests de coronavirus


Plus de 60 législateurs du Massachusetts ont signé jeudi une lettre exhortant le gouverneur Charlie Baker à exiger des assureurs de la santé du Massachusetts qu’ils renoncent au co-paiement pour les tests de dépistage des coronavirus.Les 62 législateurs, dirigés par les sénateurs des États Eric P. Lesser et Joanne M. Comerford et la représentante de l’État Mindy Domb , disent dans la lettre que certains patients à travers le pays testés pour le nouveau virus COVID-19 ont été « frappés de grosses factures médicales quand ils s’y attendaient le moins ». (Renard, 3/5)

La Colline:
Les tests de coronavirus pourraient coûter plus cher à certains patients


On ne sait pas encore combien coûteront les tests commerciaux, mais il est probable qu’ils varient. Les patients qui sont testés pour le coronavirus peuvent également faire face à des coûts liés à la visite chez le médecin, à l’urgence ou aux soins d’urgence. S’ils se révèlent positifs et nécessitent une hospitalisation, ils devront également payer des frais pour cela. Seema Verma, chef des Centers for Medicare et Medicaid Services, a déclaré jeudi aux journalistes que Medicaid et Medicare couvriraient les tests, probablement sans exigences de partage des coûts. Mais elle a reconnu que les personnes ayant des plans privés devraient demander à leurs compagnies d’assurance si le partage des coûts sera nécessaire. (Hellmann, 3/5)

Soins de santé modernes:
Les États-Unis et les assureurs maladie s’attaquent aux coûts des coronavirus


Pour l’instant, les Centers for Disease Control and Prevention couvrent le coût des tests de coronavirus, mais les laboratoires privés factureront bientôt leurs propres tests.
« Les assureurs mettraient l’esprit de beaucoup de gens à l’aise s’ils s’engageaient à couvrir les tests de coronavirus sans partage des coûts pour les patients », a déclaré Larry Levitt, vice-président exécutif pour les politiques de santé à la Kaiser Family Foundation, dans un courriel. «Les prestataires de soins de santé devraient encore veiller à ce que seules les personnes cliniquement conseillées de se faire dépister le fassent afin de préserver les ressources de dépistage limitées. Mais, pour la santé des individus et de la communauté dans son ensemble, le coût ne devrait pas être un obstacle pour se faire dépister.  » (Livingston, 3/5)

Le ton sombre des experts en santé publique entre en collision avec le style bombard de Trump, l’optimisme alimente la confusion tout autour

Le président Donald Trump a déformé à maintes reprises le nombre d’Américains qui ont été testés positifs pour le virus et a affirmé qu’il disparaîtrait « miraculeusement » au printemps, étant donné un faux calendrier pour le développement d’un vaccin, a publiquement demandé si les vaccins contre la grippe pouvaient être utilisés pour traiter le nouveau coronavirus et a rejeté les estimations du taux de mortalité de l’OMS. À une époque où la confiance du public dans le gouvernement est essentielle pour lutter contre la panique et l’hystérie, les experts s’inquiètent du fait que les messages mixtes font tout sauf.

The Washington Post:
Trump peut être le plus grand obstacle à l’envoi d’un message clair sur le coronavirus


Alors que de grands experts de la santé publique de tout le gouvernement ont essayé de fournir des informations claires et cohérentes sur le coronavirus mortel, ils ont trouvé leurs messages saccagés, noyés et embrouillés par la pression du président Trump pour minimiser l’épidémie avec un mélange d’optimisme, de bombardement et de pseudoscience . S’adressant presque quotidiennement au public d’une épidémie qui s’est propagée à travers les États et a secoué les marchés, Trump a promu ses opinions et parfois contredit les experts en santé publique chargés de protéger les Américains. (Olorunnipa, 3/5)

Politicien:
Une présidence à deux pour le coronavirus: Trump remet à son acolyte le travail de sauveur


Donald Trump assure enfin la présidence qu’il a toujours voulu: il rallie le peuple. Mike Pence les gouverne. Alors que Trump se prépare à décamper dans son club en bord de mer à West Palm Beach ce week-end, entouré de donateurs du GOP et d’aides de premier plan, le vice-président se rendra en Floride pour une réunion samedi avec les opérateurs de navires de croisière sur la crise du coronavirus en évolution rapide. La vue saisissante sur écran partagé qui s’est déroulée cette semaine et se poursuivra en Floride – d’un président dispensant des théories douteuses sur le virus et priorisant sa campagne 2020, tandis que son adjoint hyper concentré s’attaque à un problème de gouvernance, vie ou mort – a mis une pratique de longue date de Trump dans son plus grand soulagement à ce jour. (Orr et Kumar, 3/6)

Politicien:
5 façons dont le coronavirus mondial emmêle le nationaliste Trump


Le président Donald Trump est coincé – coincé entre ses pulsions nationalistes et une maladie mondialiste. Le livre de jeu de Trump a longtemps été d’élaborer un programme «America First», passant sous silence les organisations coopératives internationales et se concentrant sur la sécurité intérieure. Mais cette approche ne correspond pas bien au coronavirus, une maladie qui peut franchir les frontières avec juste une gouttelette dans un avion. Et cela pose des défis inhabituels à la façon dont Trump fait des affaires avec le monde. (Heath et Okun, 3/6)

Le Wall Street Journal:
Le message de Trump sur le virus attire l’attention


Le président Trump tente d’apaiser les inquiétudes au sujet des coronavirus. Les experts en santé publique disent qu’il pourrait semer la confusion dans le processus. M. Trump a attiré un nouvel examen après une interview sur Fox News mercredi dans laquelle il a remis en question le taux de mortalité associé au virus et la gravité de son impact sur le public. « Beaucoup de gens auront cela, et c’est très doux », a déclaré M. Trump pour héberger Sean Hannity. «Ils iront mieux très rapidement. Ils ne voient même pas de médecin. Ils n’appellent même pas un médecin. » (Lucey, 3/5)

La vérification des faits Associated Press:
La faute de Trump à Obama pour un test de détection de virus


Le président Donald Trump et ses fonctionnaires affirment à tort qu’ils ont accéléré les tests de coronavirus en assouplissant une politique restrictive introduite par l’administration Obama. Trump a également semblé suggérer que les personnes atteintes de la maladie infectieuse devraient aller travailler aussi longtemps qu’elles se sentent bien, un conseil qui défie les avertissements de ses responsables de la santé selon lesquels ces personnes ne devraient pas quitter leur domicile à moins d’avoir besoin de soins. (3/5)

La vérification des faits du Washington Post:
Le faux effort de Trump pour blâmer Obama pour les tests de coronavirus lents


L’administration a été critiquée pour son échec à étendre rapidement les tests de dépistage du coronavirus aux États-Unis; les Centers for Disease Control and Prevention ont distribué des tests défectueux aux services de santé locaux et des États. Le manque de tests, comparé à des pays comme la Corée du Sud qui ont testé des dizaines de milliers de personnes, a fait que la propagation possible du virus aux États-Unis pourrait être cachée. Trump a suggéré que le problème était plutôt une «règle d’Obama» sur les tests que son administration avait récemment renversés. Mais cela s’avère complètement faux. Explorons. (Kessler, 3/6)

Le New York Times:
In Rarity, un haut responsable du coronavirus est un représentant d’Obama travaillant pour Trump


Au printemps 1983, avant même que le virus qui cause le sida ait un nom, une jeune médecin de l’armée, Deborah L. Birx, a subi des saignements excessifs lors de l’accouchement. Quelques instants avant de s’évanouir de douleur, elle a crié un ordre à son mari: « Ne les laisse pas me donner du sang! » Elle a peut-être sauvé sa propre vie. Le sang qu’elle aurait reçu a ensuite été découvert comme contaminé par le H.I.V. « Ce fut la première attaque de Debbie contre le sida, et cela l’a littéralement changé », a déclaré John Kerry, alors secrétaire d’État, en 2014, après que le président Barack Obama a chargé le Dr Birx de lutter contre l’épidémie mondiale de sida. « Cela lui a fait réfléchir dur non seulement sur les dangers de cette nouvelle maladie, mais sur sa responsabilité de la combattre. » (Stolberg, 3/6)

Politicien:
White House Sidelines Azar From Coronavirus Response


Il y aura une omission notable lorsque le vice-président Mike Pence se rendra jeudi dans l’État de Washington dans le cadre de la réponse du coronavirus de l’administration Trump: le secrétaire à la Santé Alex Azar. Mercredi, la Maison Blanche a également comparé Azar à un point de presse du groupe de travail sur les coronavirus, le dernier signe de diminution du statut d’un responsable qui était le visage des États-Unis. réponse à la maladie il y a à peine une semaine. (Diamond, Owermohle et McGraw, 3/5)

NPR:
La confiance du public est essentielle dans les crises sanitaires. L’administration Trump l’a-t-elle?


Pendant les flambées de maladies infectieuses, la confiance du public dans le gouvernement et les agences de santé devient critique. Les autorités doivent convaincre des millions de personnes qu’elles disent toute la vérité et que leurs conseils sur ce qu’il faut faire – et ne pas faire – doivent être suivis. Comment cela se passe-t-il alors que le coronavirus a commencé à se propager dans certaines parties des États-Unis? (Simmons-Duffin, 3/5)

La Colline:
Pence et Inslee se saluent avec un coup de coude avant les réunions sur le coronavirus


Le vice-président Pence a salué jeudi le gouvernement de Washington. Jay Inslee (D-Wash.) Et d’autres responsables locaux avec des coudes au lieu de poignées de main alors que je me rendais dans l’État pour discuter de sa réponse au coronavirus. Le vice-président a quitté Air Force Two à Tacoma, où il s’est cogné les coudes avec Inslee et plusieurs membres du Congrès qui étaient là pour le saluer. (Samuels, 3/5)

États-Unis se démènent pour contenir l’éclosion comme cas de coronavirus aux États-Unis Naviguer au-delà de 200

Les représentants de l’État à travers le pays demandent à des milliers de résidents de s’auto-mettre en quarantaine dans l’espoir désespéré de prévenir une épidémie dans le pays. Au moins trois États ont déclaré des urgences pour mieux intensifier leurs efforts de réponse. Parmi les États qui confirment des cas, citons la Californie, New York, le New Jersey, le Maryland, Washington et le Texas.

CNN:
Des milliers de résidents américains ont été invités par les gouvernements des États à se «mettre en quarantaine». Voici à quoi cela ressemble


Avec des cas de coronavirus américains dépassant 220 dans 19 États et le nombre de morts s’élevant à plus d’une douzaine, les gouvernements des États ont demandé à des milliers de résidents de s’isoler du reste de la communauté pour aider à contenir le virus. Rien qu’à New York, plus de 2 500 personnes ont été invitées à s’auto-mettre en quarantaine alors que les responsables de la santé recherchent toute personne susceptible d’avoir été exposée aux premiers cas de coronavirus de l’État. Au moins 22 ont été testés positifs et sont isolés. (Maxouris, 3/6)

La Colline:
Les craintes des coronavirus perturbent la vie quotidienne


La propagation régulière du coronavirus perturbe les aspects fondamentaux de la vie quotidienne aux États-Unis. alors que les responsables de la santé se précipitent pour contenir l’épidémie. Les écoles, les entreprises et les lieux de culte près des points chauds à travers le pays ferment temporairement ou réduisent les rassemblements pour empêcher la propagation du virus. Les événements publics et les conférences privées ont été annulés et les responsables de la santé publique mettent en garde contre les voyages internationaux. (Lane et Budryk, 3/6)

Reuters:
Le comté de King, à Washington, déclare 20 nouveaux cas confirmés de coronavirus


Vingt nouveaux cas de coronavirus ont été confirmés dans le comté de King, Washington, ont déclaré jeudi des responsables de la santé, ce qui porte le total à 51. « C’est un moment critique de l’épidémie croissante de COVID-19 dans le comté de King. Tous les résidents du comté de King devraient suivre les recommandations de santé publique. Ensemble, nous pouvons potentiellement avoir un impact sur la propagation de la maladie dans notre communauté « , a déclaré le comté. (3/5)

Le New York Times:
‘It’s A Weird Feeling’: Seattle Hunkers Down At Midid Coronavirus Outbreak


Jeudi matin, juste après l’aube, une navette Microsoft a ralenti à son arrêt régulier dans le nord de Seattle – mais aucun passager n’était là pour monter à bord. La journée s’est déroulée ainsi: les ventes dans les cafés étaient en baisse. Les écoles ont été fermées dans une zone suburbaine. Le centre-ville était étrangement calme. Le trafic était un jeu d’enfant. Les gens s’accroupissaient. Une nouvelle réalité s’est installée dans la région de Seattle, la première région des États-Unis où les autorités ont émis des recommandations radicales selon lesquelles les gens devraient rester chez eux pour ralentir la propagation du coronavirus. (Weise et Johnson, 3/5)

Le New York Times:
«Nous prévoyons qu’elle a le coronavirus. Nous n’anticipons pas ses combats. »


Le jour le plus difficile de la vie de Debbie de los Angeles a été le jour où elle a placé sa mère dans une maison de retraite. C’était avant le coronavirus. Alors que des infections mortelles se propageaient au Life Care Center de la banlieue de Seattle, où vivait sa mère de 85 ans, Mme de los Angeles avait essayé de ne pas s’inquiéter. Les infirmières surveillaient la température de sa mère. Ils ont rassuré Mme de los Angeles que sa mère n’avait pas de fièvre, de toux ou d’autres signes d’infection. Mais à 4 h 15 Mardi, une infirmière a appelé pour lui annoncer des nouvelles troublantes. Sa mère, Twilla Morin, avait développé une fièvre de 104 degrés. Ils lui donnaient du Tylenol. L’infirmière a ensuite confirmé ses ordres de non-réanimation. (Healy, Weise et Baker, 3/5)

Reuters:
Préparé et pourtant vulnérable, un New York testé au combat affronte le coronavirus


Au moment où l’épidémie mondiale de coronavirus est arrivée à New York cette semaine, la ville était armée de centaines de lits d’hôpital, d’un stock croissant de kits de tests de diagnostic et de suffisamment de désinfectant pour essuyer tout le système de métro. Le département de la santé tant vanté du maire Bill de Blasio a affiné sa réponse à la crise potentielle de ces dernières années en réprimant la grippe porcine, Ebola et d’autres épidémies avant de pouvoir paralyser la capitale financière du pays et la métropole la plus peuplée. (Allen et Layne, 3/5)

Le New York Times:
Coronavirus en N.Y .: 2 733 personnes sont en quarantaine en ville


Le nombre de cas confirmés du nouveau coronavirus dans l’État de New York a doublé jeudi à 22, avec des responsables annonçant huit nouveaux cas dans le comté de Westchester, un à Long Island et deux patients à New York qui sont gravement malades. Mais la portée potentielle du virus a été soulignée par un nombre beaucoup plus important: le ministère de la Santé de la ville surveille 2 773 New-Yorkais actuellement isolés, la plupart en auto-quarantaine, ont déclaré jeudi des responsables de la ville. (Paybarah et Goldstein, 3/5)

Le Wall Street Journal:
Le nombre de cas de coronavirus dans l’État de New York atteint 22


Mercredi soir, les deux patients ont été confirmés comme porteurs du virus, ont indiqué les responsables. L’un est un homme de Manhattan dans la quarantaine, et l’autre est une femme de Brooklyn dans la quarantaine, ont déclaré les responsables. Le maire Bill de Blasio a déclaré que l’homme avait un problème respiratoire sous-jacent dû au tabagisme et au vapotage et que la femme avait des problèmes de santé liés à l’âge. Pendant ce temps, un enseignant de la ville qui avait récemment voyagé en Italie et avait montré des symptômes négatifs du virus, a déclaré M. de Blasio. (Honan, Vielkind et King, 3/5)

Le New York Times:
Coronavirus dans le New Jersey: un deuxième test positif dans l’État


Des responsables du New Jersey ont annoncé jeudi qu’une deuxième personne de l’État avait été testée positive pour le nouveau coronavirus, juste un jour après avoir déclaré qu’un homme de 32 ans à Fort Lee était le premier dans le New Jersey à être positif pour le virus . L’annonce est intervenue alors que plus de 150 cas de virus ont été confirmés à travers les États-Unis dans 18 États. Le ministère de la Santé du New Jersey a déclaré qu’il attendait une analyse plus détaillée par les Centers for Disease Control and Prevention pour confirmer les «résultats positifs présumés» des deux tests, qui ont été effectués dans un laboratoire d’État. (Or, 3/5)

Politicien:
Le Maryland déclare l’état d’urgence alors que 3 cas de coronavirus sont confirmés


Le Maryland a déclaré l’état d’urgence aujourd’hui alors que trois habitants du comté de Montgomery ont été testés positifs pour le coronavirus, ont déclaré des responsables de l’État jeudi soir. Les patients, qui ont contracté le virus lors d’un voyage à l’étranger, sont en bon état et sont isolés dans leurs maisons, ont indiqué des responsables de l’État. Deux des patients sont un couple dans la soixantaine et le troisième est une femme célibataire dans la cinquantaine. Ils sont retournés aux États-Unis le 20 février, ont annoncé des responsables. (Goldberg, 3/5)

Le soleil de Baltimore:
Confirmation des trois premiers cas de coronavirus dans le Maryland, tous dans le comté de Montgomery; Hogan déclare l’état d’urgence


Gov. Larry Hogan a annoncé jeudi soir que le laboratoire de santé publique de l’Etat à East Baltimore avait confirmé les cas, qui se trouvent tous dans le comté de Montgomery. Deux sont un couple marié dans les 70 ans et le troisième est une femme non apparentée dans la cinquantaine qui avait voyagé avec eux. Ils sont tous isolés chez eux. Les responsables n’ont pas dit où ils avaient voyagé, invoquant des raisons de confidentialité, mais ont déclaré qu’ils étaient revenus le 20 février. Les responsables de la santé avaient été en contact téléphonique avec des personnes revenant de plusieurs pays fortement touchés et des États-Unis. Les Centers for Disease Control and Prevention ont informé mardi l’état que les trois devaient être testés. All three had symptoms, which were not severe and are now abating, officials said. (Cohn and Wood, 3/6)

Los Angeles Times:
Deputies Called After Costco Customers Balk At Shortages


Sheriff’s deputies were called to a Costco in Chino Hills on Thursday when a crowd of customers became unruly after finding that items such as water, paper towels and toilet paper were out of stock, presumably because of coronavirus-inspired buying, authorities said. San Bernardino County deputies sent to the store in the 13000 block of Peyton Drive at 10:15 a.m. were told that a large group of customers had become frustrated after learning certain products were not available, department spokeswoman Cindy Bachman said. (Money, 3/5)

The Hill:
First Colorado Patient Tests Positive For Coronavirus As Outbreak Spreads


Colorado Gov. Jared Polis (D) announced Thursday that health officials have confirmed the first presumptive case of the coronavirus within the state. The patient in question is considered a “presumptive” case because they tested positive in a state-administered test but have not yet received results from the Centers for Disease Control and Prevention (CDC). (Moreno, 3/5)

KQED:
First Two San Francisco Cases Of Coronavirus Detected


The first two cases of novel coronavirus infection have been detected in San Francisco, Mayor London Breed announced at a press conference Thursday. The two patients are being treated in isolation at separate hospitals in San Francisco, and the cases appear unrelated. (Arcuni, 3/5)

Boston Globe:
Team Of CDC Experts Now In Rhode Island Trying To Contain Coronavirus Outbreak


Health officials from the federal Centers for Disease Control and Prevention are now in Rhode Island to try to contain an outbreak of the coronavirus that arose from a private school’s trip to Europe during February vacation, state officials said Thursday. Five experts from the CDC’s epidemic intelligence service are “embedded” with state health officials, according to Dr. Nicole Alexander-Scott, director of the state Department of Health, “building our capacity to respond to the emergency event.” (Fitzpatrick, 3/5)

The Associated Press:
Washington, DC, Gets Its First Coronavirus Pop-Up Shop


The nation’s capital has pop up shops for food and drink, even marijuana. And now, coronavirus prevention supplies. As local stores sell out of masks and hand sanitizer, Adilisha Patrom, owner of a co-working and event space next to Gallaudet University, saw an opportunity and jumped on it. Inside, her storefront, different models of face masks and hand sanitizer bottles in various sizes are displayed along a stack of information sheets from the Centers for Disease Control and Prevention. On Thursday, one man stopped by, asked how much the masks cost and then left. (Khalil, 3/6)

Kaiser Health News:
Blood Drives — And Donors — Fall Off As Coronavirus Worries Grow


Mounting warnings that Americans should stay home and avoid crowds to stop the spread of a deadly new coronavirus are triggering an unexpected — and potentially ominous — downside: a drop in the nation’s blood supply. Dozens of blood drives have been canceled and regular donors are no-shows, industry officials said, especially in states like Washington and California, where the virus is spreading more broadly within communities and health officials are urging residents to avoid public gatherings to reduce risk. (Aleccia, 3/6)

Milwaukee Journal Sentinel:
Coronavirus: Milwaukee Health Officials Prepare For The Worst


Health officials are preparing for the novel coronavirus’ arrival in Milwaukee by making changes to the 911 dispatch system, holding meetings to hash out roles and responsibilities, and determining how to best protect both workers and residents from the virus. When the virus might come to Milwaukee is unknown, but experts speaking at public meetings Thursday said there is little doubt it will come. (Dirr and Diedrich, 3/5)

‘This Is Not A Drill’: Cases Surge To Over 100,000 Worldwide But WHO Stops Short Of Labeling It A Pandemic

« I also agree that the situation could be worse than what we have now, and it could be at pandemic level, » said WHO Director-General Tedros Adhanom Ghebreyesus. « But what at the same time we are saying is there are countries that with this situation that have shown that it can be contained so we should not give up. » Media outlets take a look at the global response to the coronavirus outbreak.

Reuters:
COVID-19 Epidemic Can Be Pushed Back With Concerted Approach: WHO


The epidemic of COVID-19 coronavirus infection spreading around the world can be contained and controlled, the World Health Organization (WHO) said on Thursday, but only with a concerted response by all governments. WHO Director-General Tedros Adhanom Ghebreyesus voiced concerns at the growing number of countries with cases, especially those with weaker health systems and called on governments to harness all ministries to tackle the virus. (Nebehay and Kelland, 3/5)

The Associated Press:
As Virus Cases Near 100,000, Fear Of ‘Devastation’ For Poor


Across the West, there was a sense of déjà vu as the virus’ spread prompted scenes that already played out in Asia, with workers foregoing offices, vigorous sanitizing in public places and runs on household basics. Even the spectacle of a cruise ship ordered to stay at sea off the California coast over virus fears replicated ones weeks ago on the other side of the globe. “The Western world is now following some of China’s playbook,” said Chris Beauchamp, a market analyst at the financial firm IG. Signs of the virus’ shift away from its origins in China were becoming clearer each day. (Sedensky, 3/6)

CIDRAP:
WHO Urges Whole-Government COVID-19 Tack As Cases Climb Globally


The head of the World Health Organization (WHO) today said some countries are depending on their health ministry to shoulder the battle against COVID-19 and that a whole-of-government approach is needed, as the novel coronavirus spreads to more countries and fuels hot spots across multiple continents. New cases piled up again today at a brisk pace in three hard-hit countries—Iran, Italy, and South Korea. (Schnirring, 3/5)

The New York Times:
China Pushes Back As Coronavirus Crisis Damages Its Image


When the coronavirus epidemic began its relentless march around the world, China’s diplomats reacted harshly toward countries that shut their borders, canceled flights or otherwise restricted travel. Italy was overreacting when it did so, Qin Gang, a vice minister of foreign affairs, told his counterpart in February. The United States was stoking fear and panic, a spokeswoman, Hua Chunying, said. “True feeling shines through in hardship,” she said back then. (Myers, 3/6)

Reuters:
Virus Diplomacy: As Outbreak Goes Global, China Seeks To Reframe Narrative


As new coronavirus cases track downward in China, it is looking to burnish its credentials as a responsible power by sharing expertise and equipment with countries seeing a surge in cases and to repair an international image dented by the disease. China’s diplomats have fanned out to deliver a message that it can control the outbreak and to call on countries to ease travel bans on Chinese people. They have given more than 400 media interviews and published more than 300 articles, according to the foreign ministry. (Zhai and Wu, 3/6)

The New York Times:
‘It’s Going To End In Death’: Doctors Say U.K. Ill-Prepared For Coronavirus


Ventilators in short supply. Intensive care beds already overflowing. Some health workers buying their own face masks or hoods. And if cases of the deadly coronavirus surge in anything like the numbers some experts have predicted, doctors say they would have to consider denying lifesaving care to the frailest patients to prioritize those with better chances of surviving. “If we haven’t got ventilatory support to offer them, it’s going to end in death,” said Dr. George Priestley, an intensive care doctor and anesthesiologist in Yorkshire in northern England. “I don’t want to be alarmist. I just want someone to pay attention.” (Mueller, 3/5)

The New York Times:
As Coronavirus Spreads, Olympics Face Ticking Clock And A Tough Call


It is the option that nobody in the Olympic movement wants to talk about, but it is the one staring everyone in the face: a Tokyo Games this summer with no fans, just 10,000 athletes competing in front of seas of empty seats. As the coronavirus continues to spread, with more than 3,000 deaths and 90,000 documented cases worldwide, sporting events without fans are edging toward becoming a kind of new normal. Fans were barred from attending the International Biathlon Union’s World Cup event in the Czech Republic that began on Thursday. (Futterman, Panja and Keh, 3/5)

Boston Globe:
Coronavirus Has Hazards Particular To The Sports World


With the number of coronavirus cases in North America expected to climb, perhaps steeply, professional and amateur sports are already weighing the pros and cons of whether games and tournaments should continue as scheduled, or whether to shut down arenas and stadiums and have teams play in front empty seats. Such “social distancing” is already being instituted in some places across Europe, Asia, and Africa for sporting events, concerts, and other public gatherings, and it’s part of the debate over whether the Tokyo Summer Olympics should take place as scheduled. (Silverman, 3/5)

Reuters:
Brazil Confirms Eighth Coronavirus Case As It Spreads Across Country


Brazil has confirmed eight cases of the new coronavirus as of Thursday, including the first instances of likely local transmission, as the infectious disease spreads up the coast to tourist hotspot Rio de Janeiro and neighboring Espirito Santo state, the Health Ministry said. That is up from three cases on Wednesday. Currently, six of the cases are in Sao Paulo state, while Rio and Espirito Santo states have one case each, the ministry said. (3/5)

Reuters:
Japanese Swimmer Ikee Tries To Turn Tide As Coronavirus Saps Blood Donations


Japanese star swimmer Rikako Ikee, who stunned fans last year with news she was battling leukemia, has launched an urgent appeal for people to give blood after steps to curb the spread of coronavirus led to a sharp drop in donations. Ikee, who left hospital in December and has vowed to target the Paris 2024 Olympics, said on Twitter there were people whose lives depended on donations and the « drastic decrease » was causing anxiety. (3/5)

CNN:
South Africa Records Its First Case Of Coronavirus


The first case of the novel coronavirus in South Africa has been diagnosed, the country’s health minister announced Thursday. The patient, a 38-year-old man, is part of a group of 10 people, including the man’s wife, that returned March 1 to South Africa from Italy, Dr. Zweli Mkhize said in a statement. The patient went to a general practitioner on March 3 with fever, headache, malaise, sore throat and cough, Mkhize said. A nurse took a swab, and it was delivered to a lab. (McKenzie and Adebayo, 3/5)

PBS NewsHour:
MAP: Watch How COVID-19 Traveled The World


The number of confirmed cases of COVID-19 has ballooned after emerging at the end of last year. According to World Health Organization figures, the majority of these cases are in mainland China, with Italy, Iran and South Korea emerging as the countries with the next largest number of confirmed cases. (Vinopal and McGrew, 3/5)

If Too Many Health Care Workers Get Sick ‘We Aren’t Going To Have A Shot At Fighting This Thing’

Medical professionals are worried that there aren’t enough safety measures in place to keep them well enough to continue treating patients. In widespread outbreaks of infectious disease, health-care workers are almost always hit hard. “If nurses aren’t safe, then really our community isn’t safe,” said Jenny Managhebi, a clinical nurse at the University of California.

The Washington Post:
Health Care Workers Worry About Coronavirus Protection


When Jenny Managhebi comes home to her husband and two children these days, she wonders about the people she treated at UC Davis Medical Center — the ones who coughed and the ones who sneezed. Ever since a patient with covid-19 was brought to the Sacramento hospital Feb. 19, Managhebi, who has been a cardiology nurse for 13 years, has grown concerned about catching the coronavirus, which causes the disease, and spreading it to other patients. She worries about whether she should still be volunteering in her 6-year-old’s classroom. She worries about whether she is adequately protected. (Mettler, Hernandez, Wan and Bernstein, 3/5)

The New York Times:
Nurses Battling Coronavirus Beg For Protective Gear And Better Planning


In the fight against the coronavirus, nurses play a critical role, but some on the front lines in the hardest-hit areas in the United States say they fear that their health is not being made a priority. Nurses in Washington State and California said they have had to beg for N95 masks, which are thicker than surgical masks and block out much smaller particles, and have faced ridicule from colleagues when expressing concerns about catching the highly contagious virus. Some have complained about being pulled out of quarantine early to treat patients because of staff shortages. (Stockman and Baker, 3/5)

The Washington Post:
Coronavirus: OSHA Regulation To Protect Health Care Workers Languishes


As more than 100 hospital workers remain in self-imposed quarantine in California, a proposed regulation designed to protect them from infectious diseases such as the coronavirus languishes inside a federal agency. The draft regulation would require employers to provide protective gear for health-care workers and to create infection-control plans, which could include building isolation rooms. The Obama administration was working to adopt the regulation, but the Trump administration in 2017 moved it to a less urgent, long-term agenda and work on it stopped. (Kindy, 3/5)

San Francisco Chronicle:
SF General Nurses, Doctors Argue Hospital’s Understaffing Will Hurt Efforts To Handle Coronavirus Outbreak


As officials ramp up efforts to curtail the spread of the new coronavirus, San Francisco General Hospital’s nurses and doctors fear the overcrowded and understaffed medical center is not prepared to handle an imminent local outbreak. The public health emergency — including two confirmed cases in San Francisco — underscores the potential dire consequences of the hospital’s chronic lack of resources, city health workers said at a rally and Board of Supervisors committee hearing on Thursday. (Bauman, 3/5)

Kaiser Health News:
On Front Lines, First Responders Brace For Coronavirus ― And Their Own Protection


When first responders answered roughly 10 calls from a long-term care center in Kirkland, Washington, over the course of a week, they did not expect to become patients themselves. Entering the Life Care Center of Kirkland last month exposed them to the novel coronavirus that sickens people with an illness known as COVID-19. Because the emergency calls came before authorities realized the virus was circulating in the community, some of the responders did not wear protective gear. (Heredia Rodriguez, 3/6)

Test Kits Flown Out To Quarantined Cruise Passengers As Some Wonder If Ship Will Be Doomed To Petri-Dish Status

The Grand Princess is being held off the coast of San Francisco after a previous passenger became California’s first coronavirus death. The situation brings back memories of the disaster that followed aboard another quarantined ship off the coast of Japan in the early days of the outbreak.

The Washington Post:
Cruise Ship Held Off California As Coronavirus Spreads


The Grand Princess, which was returning to San Francisco after a two-week cruise to Hawaii, remained offshore and in limbo at the request of California Gov. Gavin Newsom (D). About 100 people were expected to be tested, among them 11 passengers and 10 crew members who have shown potential signs of covid-19, the respiratory disease caused by the coronavirus. Results were expected Friday. The fraught situation was the latest in an outbreak marked by confusion and uncertainty. As the U.S. death toll rose to 12 on Thursday and the virus spread to new states — including three cases in Montgomery County, Md. — the stock market again plunged. (Albergotti, Sampson and Dennis, 3/5)

The New York Times:
With Thousands Trapped On Board, Cruise Ship Awaits Coronavirus Test Results


A normal day on board the Grand Princess cruise ship might go like this: Sleep late under a “European-inspired duvet.” Take a dip in one of the pools on deck. Afternoon tea promises white tablecloths and finger sandwiches. Dinner could be lobster tails and steak on a private balcony. And all evening, there are plenty of things to do, from theater to gambling to dancing. “Expect the extraordinary,” the company says in its advertising. (Arango, Mervosh and Gross, 3/5)

Reuters:
Cruise Ship Passengers ‘In Limbo’ Off San Francisco Awaiting Coronavirus Tests


First, the food buffet was shut down as gloved staff scurried about wiping every surface in sight. Then the ocean liner’s gym, bar, casino and boutiques were closed, with passengers urged to keep to themselves. Finally, they were confined to their staterooms. Once the captain announced their vessel may be tainted with coronavirus, Grand Princess cruise ship guests like Kathleen Reid were left with little to do but contemplate the prospect of extended isolation at sea, or worse. (3/6)

Los Angeles Times:
Neighbors Of First Californian To Die From Coronavirus Anxiously Await Word. ‘That’s Close To Home’


Police began blocking access to the home of California’s first fatality attributed to the coronavirus in Rocklin on Thursday as worried neighbors stood in their yards asking for information. The 75-year-old man who died Wednesday had tested positive for COVID-19 after returning from a cruise to Mexico last month. He died a day after tests confirmed he had the coronavirus. “That’s close to home,” said one neighbor, who asked not to be identified as he stood on his lawn. “I’m in my 70s, so this is a big deal.” (Gutierrez, 3/5)

School Closures Are Part Of A Well-Established Playbook On Containing Epidemics. But Are They Worth It In This One?

Thirteen countries, with a total of nearly 291 million students, have closed schools nationwide because of the coronavirus, most notably in China. But it’s unclear what role children play in the spread of the coronavirus, and some question if the closures are necessary.

The Wall Street Journal:
Global Medical Mystery: Can Classrooms Spread Coronavirus?


The spread of a novel coronavirus has triggered a wave of school closures around the world. But a public-health mystery over what role children may play in spreading the disease has led officials to apply the strategy unevenly—catching parents and teachers by surprise and sowing confusion about whether classrooms are safe. The school-closure strategy, part of the established arsenal for slowing epidemics, was quickly adopted in countries with major coronavirus outbreaks like China and South Korea. Other countries, including Iran, Japan and the United Arab Emirates, since followed suit. This week, Italy imposed a nationwide shutdown that impacts some 8.4 million students and Washington state closed some schools, too. (Schechner and Kostov, 3/6)

The Washington Post:
With Japan’s Schools Closed In Coronavirus Fight, The New Lessons Are In Managing Family Stress


A week after Japan closed its schools in an attempt to check the spread of coronavirus, Yuko Hashimoto is still struggling to figure out child care for her three children. She and her husband each spent a day working from home, but that is not a full-time option. So on Thursday, the kids took the train across Tokyo to her mother’s house, a 90-minute journey each way. On Monday and Tuesday, Hashimoto left them lunch. The children — a ­13-year-old boy and two daughters, 11 and 9 — stayed home alone. (Denyer and Kashiwagi, 3/5)

Reuters:
‘Do We Really Want To Close Schools?’ États-Unis Authorities Resist Coronavirus Closures


Like many Seattle residents, Andrew Davidoff is demanding schools close to slow the country’s deadliest coronavirus outbreak, but as in other U.S. cities school officials are resisting that, saying closures could make things worse. Davidoff, a Microsoft Corp employee, has been told to work from home to slow the spread of the virus. He thinks his daughter, and other children in Lake Washington School District (LWSD) should do the same after 11 people died in the state from COVID-19. (Hay and O’Brien, 3/6)

The Washington Post:
As Coronavirus Spreads, There’s A Big Shortage Of School Nurses


The Sacramento City Unified School District recently sent a newsletter to families about the novel coronavirus that is spreading around the world — it’s already in Sacramento — to explain the measures the school system is taking to protect students, teachers and others. The first point of action was this: “School Nurses are advising and providing classroom lessons on handwashing and proper coughing/sneezing etiquette.” (Strauss, 3/5)

For Most People, It’s Not Virus Itself That’s Dangerous, But Rather How It Overwhelms Health Systems, Communities

Most people who get the coronavirus will only develop mild symptoms. But because of the extra burden on local health systems and how the virus spreads to older, more vulnerable populations, the virus’ repercussions run deeper than just mild inconvenience. In other news: we’re learning more each day about the virus; kids seem to be less susceptible but they can still spread infection; the fast-moving nature of the virus makes it hard to understand and contain; the EPA releases a list of disinfectants people should be using; and more.

The New York Times:
How Worried Should You Be About The Coronavirus?


First, while global knowledge of Covid-19, the disease caused by the new coronavirus, is growing every day, much remains unknown. Many cases are thought to be mild or asymptomatic, for example, making it hard to gauge how wide the virus has spread or how deadly it is. Second, much of the risk comes not from the virus itself but from how it affects the societies it hits. (Fisher, 3/5)

Stat:
We’re Learning A Lot About The Coronavirus. It Will Help Us Assess Risk


It has been two months since China announced a previously unknown virus had been identified as the cause of a new outbreak in the city of Wuhan. In the weeks since then, the coronavirus — now called SARS-CoV2 — has raced around the globe, igniting major outbreaks in Iran, South Korea, Italy, Japan and now, it seems, Seattle. There are still many, many questions about this virus and the disease it causes, Covid-19. But in a matter of mere weeks, a number of features of the disease have come into focus, through extraordinarily rapid sharing of research. (Branswell, 3/6)

CNN:
Key Things We’ve Learned This Week


It’s been a week of dizzying coronavirus developments in the United States, with fear growing as deaths skyrocketed within days from one to 14 people nationwide. There are now 228 confirmed cases in the United States alone and that may go up as testing becomes more accessible. Here are the key things we’ve learned this week. (Karimi, 3/6)

Los Angeles Times:
Why Chinese Scientists Say There’s A Second Coronavirus Strain


The global outbreak that has sickened nearly 100,000 people across six continents may actually be fueled by two variants of the same coronavirus: one older and less aggressive and a newer version whose mutations may have made it more contagious and more deadly, according to a controversial new study. Chinese scientists who compared the genetic sequences of 103 viral samples from patients infected with COVID-19 said their evidence suggests that the virulent version of the coronavirus — which they tagged the “L-type” version — was the dominant strain in the earliest phase of the outbreak that began in Wuhan late last year. That strain, they said, appeared to recede as the epidemic progressed. (Healy, 3/5)

Los Angeles Times:
How A Healthy-Looking Baby Might Spread The Coronavirus


First, the mother and nanny were hospitalized with pneumonia, suspected of being infected with the novel coronavirus. The next day, the father fell ill with a fever and sore throat and was hospitalized too. With no one to care for him, the baby was brought to the hospital to be cared for in an isolation unit. The child — a 6-month-old boy — came to the hospital with no symptoms of COVID-19. He seemed perfectly healthy, was breathing fine and had no fever on his arrival at the hospital, medical professionals observed. (Lin, 3/5)

KQED:
Kids Are Less Susceptible To COVID-19, But It’s Not Clear Why


A World Health Organization-China Joint Mission report from last month found that kids comprised only 2.4 percent of cases, and that they generally suffered less severe respiratory symptoms than adults. Most children experienced cold-like symptoms such as a fever, runny nose and cough. Vomiting and diarrhea were extremely rare. And children are, so far, not experiencing acute respiratory distress syndrome or septic shock, which is occurring in some adults.  (McClurg, 3/5)

Los Angeles Times:
The Flu Has Killed Thousands. So Why All The Focus On Coronavirus?


You’ve seen it on social media, heard it at a dinner party, and maybe you’ve even said it yourself. “The flu has killed tens of thousands more people,” the line goes. “So why is everyone freaking out about the coronavirus?” It’s a reasonable question. After all, both viruses produce similar symptoms — fever, body aches, cough, fatigue — and if you live in the United States, you are currently much more likely to catch the flu than the new coronavirus that originated in China late last year. (Netburn, 3/5)

CIDRAP:
Short Time Between Serial COVID-19 Cases May Hinder Containment


A study involving 28 COVID-19 patients in Japan has shown that the virus’s serial interval—the time between successive cases—is close to or shorter than its median incubation period, suggesting pre-symptomatic transmission may play a key role in the outbreak and case isolation alone might not be as effective as hoped. Also, a separate study today outlines how Hong Kong protected 413 healthcare workers from infection with the novel coronavirus as they cared for patients without contracting the disease. (Beusekom, 3/5)

CNN:
Debunking The Coronavirus Myths And Misinformation


As the novel coronavirus — and panic about the coronavirus — continues to spread around the world, so too are bogus claims, conspiracy theories and misinformation about the disease. There’s so much inaccurate information floating around out there that the World Health Organization is calling it an « infodemic. » In perhaps the clearest sign of the times, WHO has joined TikTok to help set the record straight. (Kaur, 3/5)

Reuters:
Hands Down, Men Worse At Bathroom Hygiene That Prevents Coronavirus


The spread of the new coronavirus is shining the spotlight on a little-discussed gender split: men wash their hands after using the bathroom less than women, years of research and on-the-ground observations show. Health officials around the world advise that deliberate, regular handwashing is one of the best weapons against the virus which causes a flu-like respiratory illness that can kill and has spread to around 80 countries. (3/5)

CNN:
EPA Releases List Of Disinfecting Chemicals That Can Be Used Against Coronavirus


The U.S. Environmental Protection Agency is arming consumers with a list of disinfectants that people can use to protect themselves from the novel coronavirus. The federal agency released a five-page list of chemicals and products Thursday that it says are strong enough to ward off « harder-to-kill » viruses than SARS-CoV-2, the virus that’s responsible for the disease. (Zdanowicz, 3/5)

The New York Times:
How To Stop Touching Your Face


Now that we know that it’s bad to touch our faces, how do we break a habit that most of us didn’t know we had? Throughout the day, we touch a lot of surfaces — doorknobs, elevator buttons, subway poles — where viruses, including the new coronavirus, can linger for days. From there, microbes can piggyback on our fingertips to our noses, mouths or eyes, all of which are entry portals for the coronavirus, as well as other viruses and germs. (Gross, 3/5)

Cleveland Plain Dealer:
Homemade Hand Sanitizer To Battle Coronavirus? Don’t Use Denatured Alcohol — Or Vodka


Denatured alcohol can be used to strip floors and make shellac, but don’t put it in your homemade hand sanitizer to fight the COVID-19 coronavirus. The Internet has exploded with homemade sanitizer recipes as it becomes harder to find Purell and other hand sanitizer brands, even in Ohio, where there are no confirmed cases of the illness. Akron-based GOJO Industries, which makes Purell, is ramping up production to try and meet demand as people stock up ahead because of coronavirus worries. (Bamforth, 3/5)

Atlanta Journal-Constitution:
Coronavirus: How A Microbiologist Rides Atlanta MARTA Bus, Train


Lisa Casanova is a microbiologist and environmental health professor who did her Ph.D. thesis on how long some coronaviruses survive on surfaces. And every workday she commutes from her southeast Atlanta home to her Georgia State University job on MARTA, touching poles and railings with no visible concern about germs that might be lurking there. She hasn’t changed her habits since the new coronavirus emerged. (Kempner, 3/6)

Old Rule Of Thumb Was That Pandemics Happen 3 Times Per Century. 20 Years In, We’ve Had At Least 7 Scares

The incidence of infectious disease events has more than doubled from the 1940s to 1960s, and researchers blame urbanization, globalization and increased human consumption of animal proteins. Meanwhile, scientists struggle to suss out just how many people actually have the coronavirus and how deadly the virus could prove to be.

The Wall Street Journal:
Viral Outbreaks, Once Rare, Become Part Of The Global Landscape


The rapid and global spread of the deadly new coronavirus caught households, business leaders, investors and policy makers off guard, but health experts and economists who study pandemics say it shouldn’t have come as a surprise at all. Epidemics of infectious diseases have become a regular part of the global landscape in the past quarter-century, thanks in part to economic trends including urbanization, globalization and increased human consumption of animal proteins as society becomes more prosperous, these experts say. (Hilsenrath, 3/6)

The Wall Street Journal:
Just How Many People Are Infected With Coronavirus?


Researchers at Harvard and Imperial College London estimate that, on average, only one-third of the illnesses exported from China have been observed, a calculation that is still likely to be incomplete. “It’s not accounting for those who are asymptomatic,” said James Hay, a postdoctoral research fellow at Harvard T.H. Chan School of Public Health. “The number including those without symptoms or with mild symptoms is likely to be higher than that.” The estimate is based on assessments of how many infected people traveled to other countries from Wuhan before movement was restricted. (McGinty, 3/6)

The New York Times:
The Coronavirus, By The Numbers


Adam Kucharski studies how diseases spread, but he’s not handling viruses in the lab or treating sick people in the hospital. He’s a mathematician at the London School of Hygiene & Tropical Medicine, and he uses math to understand outbreaks of diseases like Ebola, SARS, influenza and now Covid-19. His goal is to design better ways to control outbreaks. In an eerie coincidence, he wrote a book called “The Rules of Contagion,” before the current outbreak, which has been published in Britain and will be released in September in the United States. In it he talks about the math of contagion involving not only physical diseases, but also ideas, rumors and even financial crises. (Gorman, 3/5)

The Hill:
Coronavirus Mortality Rate Likely To Drop, Say Health Experts


The head of the World Health Organization (WHO) made a startling pronouncement this week when he estimated the global mortality rate of the coronavirus to be 3.4 percent – much higher than the seasonal flu. Experts warn that the figure from WHO Director-General Tedros Adhanom Ghebreyesus comes full of caveats and is likely to change as more people get tested and undergo treatment for the virus. (Weixel, 3/6)

What If Those Face Masks Everyone Is Hoarding Don’t Work? Can The Companies Be Held Liable?

There are two types of face masks and only one kind is protected against liability suits. Companies are asking Congress to protect them as the country faces a mask shortage.

The Wall Street Journal:
Demand For Face Masks Is Booming, But Makers Have A Nagging Concern: Legal Liability


Demand for N95 face masks—the kind that keeps out at least 95% of particles—is surging amid more U.S. coronavirus cases. But some mask manufacturers worry they could be held liable if someone gets sick anyway. The companies have been seeking for years to get Congress to pass legislation giving them immunity from liability lawsuits, including in a current bill to authorize about $8 billion to be spent on coronavirus readiness. The bill, approved Thursday, didn’t include the provision. (Burton, 3/5)

The Washington Post:
Washington State Requests N95 Respirators From Strategic National Stockpile To Fight Coronavirus


As coronavirus cases in Washington state mounted and the country’s first death was announced Saturday, health authorities scrambled to get more specialized masks for front-line clinicians who need to protect themselves from the highly contagious disease. Washington state authorities sent an urgent request for 233,000 respirators and 200,000 surgical masks to be released from the federal government’s Strategic National Stockpile. The stockpile is a repository of drugs and supplies for deployment in major public health emergencies, such as an infectious disease outbreak. (Sun and Goldstein, 3/5)

Reuters:
Texas Firm’s Safety Gear Flies Off Shelves On Coronavirus Fears


The global coronavirus outbreak may have erased $5 trillion in world stock values last week, but it is providing a windfall for Roman Zrazhevskiy and his family-owned company that makes and distributes gas masks and other protective gear. The demand for respirators, hazmat suits and other safety equipment, fueled by growing concern about a possible global COVID-19 pandemic, is dwarfing a January sales spike triggered by a U.S. air strike that killed Iranian General Qassem Soleimani, which prompted fears of retaliation. (3/5)

The United States is not alone in facing medical equipment shortages that make it harder to fight the epidemic —

The Associated Press:
WHO Racing To Send Supplies To Countries As New Virus Surges


In an open expanse of desert in Dubai, seven World Health Organization workers are racing to sort, package and send out hundreds of shipments of medical supplies to countries around the world battling a new virus that has spread fast, disrupting life for millions of people. Demand for protective medical supplies like masks, gloves and gowns is skyrocketing as the virus spreads far beyond China, where the illness originated late last year. Worldwide, some 95,000 people in about 80 countries have been infected. (3/5)

Private Planes, Concierge Doctors And Germ Free Hideaways: How An Epidemic Looks Different When You’re Rich

For the rich, the threat of a pandemic might just mean a vacation in their isolated Hampton houses or Idaho cabin retreats. Meanwhile, stocks tumbled as global cases surged and economists look at the way the outbreak could affect the U.S. economy even more than China’s. In other economic news: price-gouging, airlines, working from home, and more.

The New York Times:
The Rich Are Preparing For Coronavirus Differently


The new coronavirus knows no national borders or social boundaries. That doesn’t mean that social boundaries don’t exist. “En route to Paris,” Gwyneth Paltrow wrote on Instagram last week, beneath a shot of herself on an airplane heading to Paris Fashion Week and wearing a black face mask. “I’ve already been in this movie,” she added, referring to her role in the 2011 disease thriller “Contagion.” “Stay safe.” (Williams and Bromwich, 3/5)

The New York Times:
Why The Coronavirus Could Threaten The U.S. Economy Even More Than China’s


After a string of deaths, some heart-stopping plunges in the stock market and an emergency rate cut by the Federal Reserve, there is reason to be concerned about the ultimate economic impact of the coronavirus in the United States. The first place to look for answers is China, where the virus has spread most widely. The news has been grim with deaths, rolling quarantines and the economy’s seeming to flat line, though the number of new cases has begun to fall. (Goolsbee, 3/6)

The New York Times:
‘Almost Without Precedent’: Airlines Hit Hard By Coronavirus


Empty jumbo jets arriving at deserted airports. Masked passengers disinfecting their own seats. Stone-faced airline executives huddling with President Trump. With the coronavirus outbreak continuing to spread around the globe, the aviation industry is being jolted. Airline stocks dropped sharply on Thursday as investors reckoned with the prospect of canceled flights, lost sales and substantial reductions in service for months to come. Several carriers — including United Airlines, Jet Blue and Lufthansa — announced new route closings in recent days. An industry trade group said the coronavirus could wipe out between $63 billion and $113 billion in worldwide airline revenues this year. (Gelles and Chokshi, 3/5)

The Wall Street Journal:
Amazon Dogged By Price Gouging As Coronavirus Fears Grow


Amazon is struggling to stamp out third-party sellers charging exorbitant prices for virus-killing cleaning supplies, hand sanitizer and other products in high demand amid coronavirus fears. The company said it has removed tens of thousands of items because of unreasonably high prices and it is taking action against sellers making unsubstantiated claims. “There is no place for false claims and price gouging on Amazon,” Dharmesh Mehta, Amazon’s vice president of world-wide customer trust and partner support, said Wednesday at a consumer-protection hearing in Washington, D.C. (Terlep, 3/5)

The New York Times:
Workplace Vs. Coronavirus: ‘No One Has A Playbook For This’


At Facebook on Thursday, the questions from spooked employees came thick and fast. The evening before, the social network had disclosed that the coronavirus had been diagnosed in a contractor in its Seattle office and had said all employees in that city should work from home until March 31. Other Facebook employees, some of whom had recently traveled for work, soon began asking their managers and one another: Who was the contractor? Had that person been near them? And what did that mean for their work? (Isaac, Yaffe-Bellany and Weise, 3/5)

The Washington Post:
Work From Home In The Coronavirus Era: It’s Coming To A Couch Near You


For a taste of what’s in store for Americans, look to Hong Kong, where businesses have been enforcing work-from-home arrangements for six weeks due to coronavirus fears. The social experiment of teleworking en masse has unearthed pitfalls, comical moments and potential opportunities. With the virus hitting the United States and Europe, millions more will likely need to crowd into homes with children and spouses while finding a way to stay productive. (Mahtani, 3/6)

Kaiser Health News:
With Coronavirus Lurking, Conferences Wrestle With Whether To Cancel


Nearly 100,000 pop culture fans flocked to Emerald City Comic Con in Seattle last year, including many dressed as superheroes, aliens and robots. But something scarier than a comic book villain is roiling the conference this year — the spread of the coronavirus. Ten people have died from novel coronavirus in King County, Washington, where Seattle is located, according to the Washington State Department of Health. At least 70 people have tested positive statewide. (Szabo, 3/6)

________________

Article Aléatoire

La lithothérapie, c’est quoi? pierres de lithothérapieLes soins par pierres s’appellent la lithothérapie, cet approche holistique de soin est basée sur l’influence subtile que apporter des minéraux. Des unité de individus s’aident de pierres, autant de individus avec autant de réussites. Trouvez des pierres de lithothérapie dans la boutique essencedegaia.fr. Pour comprendre le fonctionnement de la lithothérapie, il faut dans un premier temps reconnaître l’existence d’énergies non visibles qui composent et qui composent tout ce qui est manifesté,

une aura d’énergie qui est aussi réelle que ce que vos yeux vous permettent de voir du plan physique. Ces énergies subtiles qui nous composent sont les expression de état d’être aux niveaux émotionnel, mental et spirituel.

Si changeons d’émotion nous changeons la fréquence vibratoire de notre émotionnel. Les minéraux ont une énergie forte avec des caractéristiques pas mal marquées en fonction de leur composition et cristallisation, une énergie subtile et stable qui est utilisée en lithothérapie pour influencer corps subtile et obtenir des améliorations de état d’être.

La portée de ces améliorations est à prendre comme des aides agissant à des niveaux différents par rapport à la pierre utilisée. cristal d’amétyste pierre violette de lithothérapieC’est une méthode de soin holistique elle est une interférence à radicaux les niveaux de l’être. L’action se fera chez sur système d’énergies subtiles ensuite dans interaction, se transmettra à à nous autres dessin de manifestation qui sont en relation avec le type d’énergie de la pierre, en or niveau physique, émotionnel, mental et spirituel.
Onbrèche des pierres de santé, qui seront en relation avec besoin, pour rétablir une harmonie, pour « soigner » un problème, aider à l’opposé moyennant des troubles digestifs, à le stress, pour favoriser la guérison, baisser les douleurs, dynamiser un organe, retrouver le sommeil, lutter malgré les migraines, permettre de passer de providentielles nuits réparatrices, … Le terre d’applications n’a pas de limites.

Au amplitude de l’efficacité elle est super variable et dépend principalement de deux points: la profondeur du problème et la spécificité de la personne. Peu importe la croyance de la personne, la lithothérapie n’est aucun placebo, que l’on croie ou pas aux effets des pierres, elles vont avoir un effet. Par contre, une personne qui est d’un naturel à se protéger, qui n’accepte pas les idées nouvelles, qui a du mal à remettre en question ses croyances, ces personnes auront du mal à ressentir des effets rapidement. Cet état d’esprit fondée tel que une barrière de défense actif qui empêche d’être positivement influencé en énergies bénéfiques des pierres. Tout n’est pas blanc ou bien noir, complets degrés d’ouverture d’esprit existent si bien qu’une personne ne existera à la saint-glinglin 100% fermée ni 100% ouverte. Notre réceptivité varie aussi fortement compte tenu de notre état d’être du instant présent.

. druse de cristal de roche, recharge en lithothérapieOn utilise des pierres de soin aussi pour développer des capacités, au contraire pour aider à la méditation, pour rendre plus endurant dans l’effort physique, pour augmenter une joie de qui est avant bien présente, ou pour agrandir l’intuition. Les pierres utilisées sont généralement des minéraux semi précieux ou précieux de cristaux, travaillés en pierres polies, et pourquoi pas laissés à l’état naturel de pierre brute. Les pierres polies sont privilégiées en lithothothérapie quant à côté pratique, dans la poche d’un vêtement, l’état révérencieux est agréable et n’abîme pas le tissu.

Une fois qu’une pierre vous à transmis son énergie, elle aura besoin d’être purifiée et rechargée au bout d’un imminent afin qu’elle retrouve toutes ses capacités. À ce suje,t vous pouvez consulter les articles sur la purification et sur le rechargement. La lithothérapie peut avoir une forte influence sur notre état d’être dépourvu toutefois qu’elle ne remplace une examen chez un médecin, c’est une aide additionnelle qu’apporte cet thérapie alternative.

Pour décourir discernement de tout pierre, vous verrez une grande liste à droite de ce page, aussi des sujets utiles pour utiliser les pierres en soins, Bonne lecture! La lithothérapie est autrefois apporté beaucoup à énormément de individus à travers le monde, pourquoi pas à vous? Qu’est ce que la lithothérapie ? Aujourd’hui, la lithothérapie est détaillé dans le monde entier, tout au moins dans son étonnement originel qui est l’utilisation des pierres. À titre d’exemple, l’industrie s’est emparé du quartz pour utiliser ses vibratoires, doté d’une fréquence à la fois légitime et unique, pour créer des montres. Qui ne a ainsi qu’à n’a possédé en or cours de ces dernières années une montre à cristal ? Nous ne parlons pas non plus des parures de bijoux en pierres naturelles selon lesquelles nous sommes attirés par leur beauté. Pas dans l’hypothèse ou loin que cela à l’époque, nos aïeux offraient régulièrement les cadeaux naturels de la nature, connaissant exactement bienfaits et leurs vertus. Au delà des symboles, les quantités infinitésimales de minéraux intéressent chercheurs contemporains pour leur densité et condensé de propriétés.

Dans un registre plus spirituel, nous entendrons du moins vociférer de vertus des pierres mais de deux ans reposent sur ces même thèse qu’est la composition chimique de tout minéraux et de son impact sur son environnement.

Des résultats sont aujourd’hui prouvés, au travers de la magnétothérapie qui s’appuie sur la connaissance de la magnétite dans un processus d’autoguérison. Les vertus sédatives de la pierre d’aimant permettent ainsi un élevé dans ce cadre bien précis.

Dans un parallèle similaire, le cuivre possède aussi des vertus reconnues thérapeutiquement. Aujourd’hui, beaucoup de chercheurs s’accordent pour dire que l’impact vibratoire et énergétique des pierres sur notre psychisme et notre physique est issu d’une analogie structurelle. Quotidiennement, des éléments minéraux essentiels sont ingérés pour équilibre structurel. Ainsi, déposer une pierre or creux de sa main ou bien enseigner un bijou en pierres naturelles disposant des vertus appropriés peut s’avérer essentiel pour pallier à ce manquement.

La pierre en interrogation déclenche d’or contact de la peau une résonance vibratoire singulier qui va stimuler les minéraux organiques, retirant de potentiels dysfonctionnements corporels. Chaque minéral véloce d’une pulsation unique et offre ainsi une activation des société énergétiques (chakras).

Cette martèlement voltampère varier compte tenu de sa composition chimique, de sa structure cristalline sa couleur. La pierre et pourquoi pas le minéral en interrogation disposera ainsi de vertus particuliers et a pour objet de réguler une part de notre corps, après de retrouver son équilibre fonctionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *