Tribeca Film Festival 2020: court métrage, nouveau film Dreamworks

"To: Gerard" Tribeca Film Festival

La lettre d’amour à Manhattan et la magie, réalisée par l’artiste scénariste Taylor Meacham, s’inclinera à Tribeca le 18 avril. Consultez également le reste de la courte ligne du festival.

L'animation

Animation DreamworksLe dernier court métrage, « À: Gerard« Une lettre d’amour à Manhattan et à la magie, réalisée par l’artiste scénariste Taylor Meacham ( » Trolls « ), sera publiée dans le Tribeca Festival du film le 18 avril. Il s’agit d’un facteur nommé Gerard qui rêve de devenir magicien avec l’aide d’une jeune femme, un professeur légendaire appelé The Great Vivonti et une pièce très spéciale.

« New York a une richesse historique de grands cinéastes qui m’ont profondément inspiré tout en grandissant, et Manhattan est l’endroit où j’ai mis les pieds dans l’industrie du cinéma », a déclaré Meacham, qui a également été inspiré par son père et comment il a contribué à unifier son amour. pour l’animation et l’art de l’illusion. «En raison de ma relation avec cette ville, c’est comme un cadeau de pouvoir retourner à New York et au Tribeca Film Festival pour partager une partie de moi-même avec le monde qui a été une toile de fond si forte pour mes intérêts et mes ambitions en raconter des histoires. « 

« To: Gerard » marque la dernière sortie de l’émission de court-métrage DreamWorks dirigée par le producteur Jeff Hermann, avec le design des personnages de Nico Marlet (trilogies « Comment dresser votre dragon » et « Kung Fu Panda ») et la musique de Layla Minoui (« Vampirina »). Les courts métrages précédents incluent « Marooned », « Bird Karma » et « Bilby. » Ce qui unifie tous les courts métrages est le thème de l’amitié et comment un acte de gentillesse peut changer des vies. Dans ce cas, Gerard Découvrez son cadeau pour la magie tout en conseillant une curieuse jeune femme prénommée Jules.

Hermann a ajouté: « Quand nous avons commencé » à: Gerard, « il n’y avait aucune garantie que nous pourrions terminer le court métrage, et encore moins le faire publier. L’ouverture du court métrage dans le cadre du Festival du film de Tribeca est un honneur incroyable, qui est au-delà de notre rêves les plus fous. « 

« À: Gerard »

Animation Dreamworks

Pendant ce temps, DreamWorks a deux sorties cette année: « Trolls: World Tour » (10 avril), la suite de la comédie musicale populaire, avec Anna Kendrick et Justin Timberlake revenant sous le nom de Poppy and Branch pour sauver les différentes tribus musicales Trolls d’un Diva rock hard destructeur (Rachel Bloom) et « The Croods 2 » (23 décembre) sur les nouvelles aventures du clan préhistorique avec Ryan Reynolds, Nicholas Cage et Emma Stone.

Le Tribeca Film Festival 2020 se déroulera du 15 au 26 avril dans toute la ville de New York et même, pour la première fois, dans le New Jersey. Le festival a également lancé aujourd’hui le reste de sa courte ligne, que vous pouvez voir ci-dessous, avec tous les synopsis fournis par le festival.

Short d’animation créé par Whoopi G

Histoires imaginatives et bateaux captivants. Suggéré pour les plus de 14 ans.

« Grand-père était un romantique », réalisé, écrit et écrit par Maryam Mohajer. (Royaume-Uni) – Première new-yorkaise, courte animation. Grand-père est tombé amoureux de grand-mère quand il a vu sa photo. Cela ressemble à un conte de fées. Tout ce dont vous avez besoin est une fin heureuse. Avec Maya Naraghi.

« Umbrella », réalisé et écrit par Helena Hilario, Mario Pece. Produit par Helena Hilario. (Brésil) – Première new-yorkaise, Animation courte. Inspiré par des événements réels, Umbrella est un court métrage qui suit Joseph, un garçon qui vit dans un orphelinat et rêve d’avoir un parapluie jaune.

« The Tiger Who Came to Tea », réalisé par Robin Shaw, écrit par Joanna Harrison, Judith Kerr. Produit par Ruth Fielding, Camilla Deakin. (Royaume-Uni) – Première mondiale, courte animation. Un tigre mystérieux apparaît sans avertissement et est invité à prendre le thé l’après-midi. Avec David Oyelowo, Benedict Cumberbatch, Tamsin Greig, Clara Ross, David Walliams.

« Beyond Noh », réalisé par Patrick Smith, écrit par Patrick Smith, Kaori Ishida. Produit par Kaori Ishida. (États-Unis) – Première mondiale, courte animation. Beyond Noh anime rythmiquement 3 475 masques individuels du monde entier.

« Kapaemahu », réalisé par Hinaleimoana Wong-Kalu, Dean Hamer, Joe Wilson. Produit par Hinaleimoana Wong-Kalu, Dean Hamer, Joe Wilson. (États-Unis) – Première mondiale, courte animation. Quatre rochers mystérieux sur la plage de Waikiki ont une histoire cachée; En eux, il y a des esprits de guérison transgenres légendaires. En hawaïen avec sous-titres anglais.

« Bathwell in Clerkentime », réalisé, écrit et produit par Alex Budovsky. (Colombie, États-Unis) – Première mondiale, courte animation. C’est le court métrage d’animation qui complète la trilogie de coucou Clerkenwell qui devient fou. Dans cet épisode, les oiseaux sont confrontés à des problèmes de mariage, d’éducation des enfants et d’alcool.

« Friends », réalisé, écrit et produit par Florian Grolig. (Allemagne) – Première nord-américaine, courte animation. Le « petit » est, eh bien, petit, et le « grand » est définitivement très, très grand. Ils sont amis.

« À: Gerard », réalisé et écrit par Taylor Meacham. Produit par Jeff Hermann. (États-Unis) – Première mondiale, courte animation. Un homme âgé gai illumine la journée d’une fille par la magie.

Choisissez vos batailles

Documents sur la politique, la persévérance et les portefeuilles.

« Six de juin », réalisé par Henry Roosevelt. Produit par Rylan Soref, Nicole Galovski. (États-Unis) – Première new-yorkaise, court métrage documentaire. Pourquoi nous souvenons-nous et que perdons-nous si nous oublions? Avec Susan Eisenhower, Helen Patton, Keith Nightengale.

« USA V SCOTT », réalisé par Ora DeKornfeld, Isabel Castro. Produit par Ora DeKornfeld. (États-Unis) – Première new-yorkaise, court métrage documentaire. Lorsqu’un résident de l’Arizona est inculpé de trois chefs d’accusation de crime et encourt une peine de 20 ans de prison pour avoir aidé des migrants, sa communauté traite des questions morales soulevées par son arrestation. Avec Scott Warren, Emily Saunders, Greg Kuykendall.

« L’avocat sans papiers », réalisé par Zach Ingrasci, Chris Temple, écrit par Zach Ingrasci, Chris Temple. Produit par Jenna Kelly. (USA) – Première mondiale, court métrage documentaire. Lizbeth Mateo est une avocate qui a juré de défendre la Constitution. Elle est également sans papiers. Lorsqu’un cliente se réfugie dans une église, la propre expérience de Lizbeth guide son combat pour la justice. Avec Lizbeth Mateo, Edith Espinal. En anglais, espagnol avec sous-titres anglais.

« Shikaakwa », réalisé par Carlos Javier Ortiz, écrit par Carlos Javier Ortiz, Tina K. Sacks. Produit par Carlos Javier Ortiz, Tina K. Sacks. (USA) – Première mondiale, court métrage documentaire. Son titre dérive du mot indigène de Chicago, cette histoire médite sur les espaces physiques qui nous soutiennent et nous arrêtent. Avec Ondelee Pertee, Deetreena Perteet.

« Vote Neil », réalisé par Honora Talbott. Produit par Honora Talbott. (États-Unis) – Première new-yorkaise, court métrage documentaire. Un vétérinaire de la Marine devient le premier homme ouvertement gay élu à la législature de l’État de l’Alabama. Avec Neil Rafferty, Michael Rudulph.

« Making The Case », réalisé, écrit et produit par Jennifer Callahan. (USA) – Première mondiale, court métrage documentaire. La juge Ruth Bader Ginsburg, pour qui les arguments juridiques sont monnaie courante, examine ses bourses et révèle un coin d’esprit qui a plaidé et gagné des affaires historiques.

Ne regarde pas en arrière

Certaines décisions sont irrévocables.

« Le dernier ferry de Grass Island » (島嶼 故事), réalisé et écrit par Linhan Zhang. Produit par Clifford Miu. (RAS de Hong Kong, États-Unis) – Première mondiale, court récit. Un tueur à gages de Hong Kong prend sa retraite de pêcheur sur la paisible île Grass. Un jour, son apprenti chinois apparaît, chargé de le tuer avant le départ du dernier ferry. Avec Tai Bo, Wang Yang, Yee Yee Yeung. En cantonais, mandarin avec sous-titres anglais.

« Plus d’ailes », réalisé et écrit par Abraham Adeyemi. Produit par Abiola Rufai. (Royaume-Uni) – Première mondiale, court récit. À un moment différent de leur vie, deux amis de toujours (Ivanno Jeremiah, Parys Jordon) se rencontrent dans leur magasin de poulet frit préféré dans le sud de Londres. Avec Ivanno Jeremiah, Parys Jordon, Joshua Cameron, Tyrus Mckenzie.

« Donkeys », réalisé et écrit par Jefferson Stein. Produit par Liz Cardenas. (USA) – Première mondiale, court récit. En voyageant à travers les terres tribales de Tohono O’odham aux États-Unis, une fillette autochtone de six ans (Amaya Juan) découvre une immigrante hispanique de son âge qui a perdu son père. Avec Amaya Juan, Zuemmy Carrillo, Virginia Patricio, Rupert López. En anglais, espagnol avec sous-titres anglais.

« The Cypher », réalisé par Letia Solomon, écrit par Wes Akwuobi. Produit par Anne Brashier, C. Craig Patterson. (USA) – Première mondiale, court récit. Avec sa réputation et un éventuel record en jeu, Khalil (Nigel Cox) affronte son adversaire (Kerrice Brooks) et défend son identité après avoir été découvert lors d’une compétition de freestyle. Avec Nigel Cox, Kerrice Brooks, Juan Gil, O’Shay Neal, Nelcie Souffrant, Alexander Robinson, Michael Devon.

« The Catch » (The Jump), réalisé par Thais Drassinower, écrit par Camila Zavala. (Pérou) – Première mondiale, court récit. La confiance des trapézistes mariés (Oscar Meza, Vania Accinelli) est menacée avant la performance la plus importante de sa carrière. Avec Oscar Meza, Vania Accinelli, Roberto Ruiz. En espagnol avec sous-titres anglais.

« Saria », réalisé et écrit par Bryan Buckley. Produit par Aura Santamaría. (États-Unis) – Première new-yorkaise, court récit. Deux sœurs orphelines inséparables, Saria et Ximena (Estefanía Tellez, Gabriela Ramírez), luttent contre les abus quotidiens et les difficultés inimaginables au Safe Home Virgen de La Asunción au Guatemala. Avec Estefanía Tellez, Gabriela Ramírez. En espagnol avec sous-titres anglais.

Vivez et apprenez

Doc les leçons de vie passées, présentes et futures.

« Monsieur. Quelqu’un », réalisé et écrit par Brian Wertheim. Produit par Jared Callahan, Jonathan Pickett. (États-Unis) – Première new-yorkaise, court métrage documentaire. Un ancien membre des Crips demande le rachat après 14 ans derrière les barreaux. Avec Jerome « Bam » Blackburn.

« Solitaire », réalisé et écrit par James Burns, Shal Ngo. Produit par Chris Wilson, Jake Ewald. (USA) – Première mondiale, court métrage documentaire. Un documentaire hybride sur l’isolement solitaire, qui suit trois personnes qui ont passé neuf ans réunies seules, dont l’une a co-réalisé le film. Avec James Burns, Pamela Winn, Five Mualimm-ak, Jack DiFalco, Alana Barrett-Adkins, Daniel Danielson.

« Float », réalisé, écrit et produit par Saila Huusko. (Finlande) – Première mondiale, court métrage documentaire. Au Sri Lanka, les femmes font face aux attentes de la communauté lorsqu’elles apprennent à nager; En cours de route, la natation devient un moyen de rester à flot. En anglais, cinghalais avec sous-titres anglais.

« Treason », réalisé par Scott Calonico, écrit par Scott Calonico, Harmon Leon. Produit par Harmon Leon. (Allemagne, Royaume-Uni, USA) – Première mondiale, court métrage documentaire. Andy (Andreas Stiller Hudson), abandonné enfant par son père (Werner Stiller), découvre une lettre d’adieu de 40 ans de son père. Avec Andreas Stiller. Avec sous-titres anglais.

« Crescendo! », Réalisé par Alex Mallis. Produit par Matt O’Neill, Perri Peltz. (USA) – Première mondiale, court métrage documentaire. Un chanteur d’opéra (Michael Fabiano) trouve sa voix. Avec Michael Fabiano.

« Unnúr », réalisé par Chris Burkard, écrit par Matt McDonald, Ben Weiland. Produit par Mike Sandifer. (USA) – Première mondiale, court métrage documentaire. Elli est un photographe, surfeur et kayak islandais dont la perspective a changé après avoir survécu à une expérience de mort imminente. Aujourd’hui, il est père et le film détaille le monde compliqué de la paternité. Avec Elli Thor Magnusson, Unnur Erlendsdottir.

Hahaha

Des comédies qui déraillent.

« One Last Last Heist », réalisé et écrit par Darrin Rose. Produit par Courtney Hicks. (Canada) – Première à New York, court récit. Un voleur armé (Suresh John) installe son ami le cœur brisé dans une belle rencontre, lors d’un vol. Avec Suresh John, Darrin Rose, Ava Julien, Marito Lopez.

« Un morceau de gâteau », réalisé et écrit par The Bragg Brothers. Produit par Lana Link, RD Delgado, Rob Pfaltzgraff. (États-Unis) – Première new-yorkaise, court récit. Quand un père désespéré (Rich Sommer) découvre que la décoration de gâteau préférée de sa fille (Riona O’Donnell) est illégale, il descend sur un marché de confiserie noire. Dois-je rompre une promesse d’anniversaire ou enfreindre la loi? Avec Rich Sommer, Natalie Britton, Riona O’Donnell, Michael Villar.

« Consultation », réalisé par Sophie Kargman, écrit par Ryan Farhoudi, Sophie Kargman. Produit par Sophie Kargman, Nicole Smolen, Ryan Farhoudi, Nick Delli Santi, Ashton Ramsey. (USA) – Première mondiale, court récit. Une journée tranquille cache sa fin involontaire lorsque Jay (Justice Smith) et Alex (Graham Patrick Martin), meilleurs amis et colocataires, se défient mutuellement dans leurs opinions sur la sexualité. Avec le juge Smith, Graham Patrick Martin, Armie Hammer, Olivia Sui.

« I Can Change », réalisé et écrit par Jim Jenkins. Produit par Marc Grill, Greg McCollum. (USA) – Première mondiale, court récit. La veille de son mariage, une faible performance (John Hoogenakker) reçoit le pouvoir d’arrêter le temps, alors il essaie d’apporter des changements importants dans la vie que sa fiancée (Lucy Cudden) veut qu’il fasse, le tout avant le matin. Avec John Hoogenakker, Lucy Cudden, Annie Sertich, Kimberly Dooley, Matt Newell.

« Egg », réalisé et écrit par Michael J. Goldberg. Produit par Kara Taylor Goldberg. (USA) – Première mondiale, court récit. Sous l’œil vigilant d’une vieille femme (Gabrielle Chan), une fille (Kim Doan), ennuyée en banlieue, décide de réclamer un gros œuf de Pâques comme le sien. Avec Alex Anfanger, Caitlin McGee, Patrick Woodall, Leah Henoch, Aaron Schroeder.

« John Bronco », réalisé par Jake Szymanski. Produit par Marc Gilbar, Meredith Kaulfers, Rebecca Donaghe, Maggie McLean. (États-Unis, Islande) – Première mondiale, court récit. Le lanceur légendaire Ford Bronco monte, tombe et est enfin racheté. Avec Walton Goggins, Tim Meadows, Tim Baltz, Kareem Abdul-Jabbar, Bo Derek, Dennis Quaid.

New York

Toutes les histoires de la première mondiale de la ville que nous appelons chez nous.

« Prelude », réalisé par Tsubasa Matsumoto, écrit par Koji Enomoto, Tsubasa Matsumoto et Klark Chaudry. Produit par Victor Tyler, Zoey Pressey. (USA) – Première mondiale, court récit. Alex (Vincenzo Hickley) partage des pensées pénibles sur la vie de Marion (Jessica Park), une fille dont il est amoureux, et finit par révéler la vérité de sa naissance. Avec Vincenzo Hickley, Jessica Park, Tara Westwood, Ariel Eliaz.

« Black Ghost Son », réalisé et écrit par Christopher Low. Produit par Tiffany Jackman. (USA) – Première mondiale, court récit. Eddie (Gary Luk) apprend à devenir père et son fils, Troy (Kavon John Lightse), parcourt les espaces entre ethnicité et identité. Avec Kavon John Lightsey, Gary Luk, Cece Anna Lee.

« Shadows », réalisé et écrit par Ria Tobaccowala. Produit par Rekha Tobaccowala, Ashley Deckman, Ria Tobaccowala. (USA) – Première mondiale, court récit. Au cours du chapitre fragile où une fille fait face à la féminité, Naya (Crystal De La Cruz) explore son indépendance lors de la soirée de bienvenue loin de sa famille vigilante. Avec Crystal De La Cruz, Reynaldo Piniella, Selenis Leyva, Juan Arturo, Awilda Santana. En anglais, espagnol avec sous-titres anglais.

« Regardez-moi », réalisé et écrit par Nika Fehmiu. Produit par Nika Fehmiu, Anton Vicente Kliot, Hannah Vicente Kliot. (USA) – Première mondiale, court récit. Lors d’une nuit d’hiver à New York, le sort d’un jeune homme ivre (Connor Vasile) est déterminé par ses brèves rencontres avec des étrangers, et une vérité américaine plus profonde est révélée. Avec Hadley Robinson, Connor Vasile, Juliette Alice Gobin, Snezana Bogdanovic, Uliks Fehmiu, John Gargan. En bosniaque, anglais avec sous-titres anglais.

« Gets Good Light », réalisé par Alejandra Parody, écrit par Daniel Solé. Produit par Elizabeth Phillipson-Weiner. (USA) – Première mondiale, court récit. Un condominium de luxe commence à servir de portes ouvertes attrayantes pendant la journée, mais la nuit, il devient un bref refuge pour une famille cible de la police de l’immigration. Avec Jessica Pimentel, Cedric Lieba Jr., Edmond Cofie, Catherine Curtin. En anglais, espagnol avec sous-titres anglais.

« Sloan Hearts Neckface », réalisé par Justin Fair, écrit par Ian Grody. Produit par Patrick Ng. (USA) – Première mondiale, court récit. Un graffeur anonyme et anarchique (Raúl Castillo) tombe inopinément amoureux d’une fan (Clara Mamet), mais ne peut pas être avec elle tant qu’elle n’a pas révélé sa véritable identité. Avec Clara Mamet, Raúl Castillo, Isiah Whitlock Jr.

« Ribbons », réalisé et écrit par Dara Katz, Betsy Kenney. Produit par Sarah Donnenberg, Leah Donnenberg, Kirstin VanSkiver. (USA) – Première mondiale, court récit. La découverte d’une femme à partir d’un enregistrement de 30 ans conduit à un dîner de famille maladroit et à une révélation inattendue sur sa mère (Maryann Plunkett). Avec Maryann Plunkett, Jay O. Sanders, Madeline Fischer, Jonathan Braylock, Devin Bockrath, Francis Li.

Pas de reddition

Documents sur le courage et la conviction.

« On Falling », réalisé et écrit par Josephine Anderson. Produit par Joella Cabalu. (Canada) – Première mondiale, court métrage documentaire. Dans une méditation sur les limites du corps et de l’esprit, trois jeunes femmes (Andréane Lanthier Nadeau, Miranda Miller, Brittany Phelan) réfléchissent à leurs expériences de vététistes professionnelles. Avec Andréane Lanthier Nadeau, Miranda Miller, Brittany Phelan. Il joue également dans le cadre du Tribeca Sports Film Festival / ESPN.

« Tall Tales with True Queens », réalisé par Kristina Budelis, Leandro Badalotti. Produit par Kristina Budelis. (USA) – Première mondiale, court métrage documentaire. Drag Queen Story Hour, une série controversée d’événements pour enfants, raconte une histoire de fierté et de préjugés.

« Akashinga », réalisé par Maria Wilhelm. Produit par Kim Butts, Drew Pulley, Maria Wilhelm. (USA) – Première mondiale, court métrage documentaire. Une unité de femmes contre le braconnage pousse un groupe de nouvelles recrues à la limite tout en essayant de protéger les éléphants de leur patrie.

« Echoes in the Arctic », réalisé par Andy Maser, Paul Nicklen, Tahria Sheather. Produit par Tahria Sheather, Andy Maser, Sam Kretchmar. (États-Unis, Norvège) – Première mondiale, court métrage documentaire. Une équipe de cinéastes et de scientifiques dévoués documente la population d’épaulards la plus saine du monde dans l’Arctique norvégien pour aider à la protéger de l’exploration pétrolière.

« Tā Moko – Derrière le visage tatoué », réalisé par Mick Andrews, David Atkinson. Produit par Mick Andrews, David Atkinson. (Nouvelle-Zélande) – Première à New York, court métrage documentaire. Le tatouage maori sur le visage est une tradition presque éteinte par la colonisation. Bernard et Sapphire montrent leur passion de voir les communautés maories guérir en recevant leurs propres tatouages ​​faciaux.

« My Brother’s Keeper », réalisé et produit par Laurence Topham. (Royaume-Uni) – Première mondiale, court métrage documentaire. Un ancien détenu de Guantanamo, Mohamedou Ould Salahi, et son ancien garde américain, Steve Wood, forment une amitié improbable dans une histoire vraie inspirante.

Rythme de vie

La musique imprègne le cœur et l’âme des documents.

« La différence », réalisé et écrit par Brianne Berkson, Miguel Gluckstern (BriGuel). Produit par Brianne Berkson, Miguel Gluckstern, Andrés González, Atman Smith, Ali Smith, Dr. Megan Poe, Cassie Smith. (États-Unis) – Première new-yorkaise, court métrage documentaire. Comment fournissons-nous à nos enfants des outils pour vivre et prospérer? Que pouvons-nous faire pour changer les choses?

« My Father The Mover », réalisé et écrit par Julia Jansch. Produit par Julia Jansch, Mandilakhe Yengo. (Afrique du Sud) – Première new-yorkaise, court métrage documentaire. Les rythmes électroniques africains de Gqom motivent les enfants du canton de Khayelitsha, en Afrique du Sud, à surmonter leurs difficultés et à trouver leurs super pouvoirs. Avec Stoan Galela, Alatha Galela. En anglais, Xhosa avec sous-titres anglais.

« Bienvenue dans les limbes d’un blanc éclatant », réalisé et écrit par Cara Holmes. Produit par Zlata Filipovic. (Irlande) – Première internationale, court métrage documentaire. Combinant un documentaire et une performance de danse, ce film visuellement éblouissant plonge dans l’esprit et le processus créatif du spectacle de danse primé d’Oona Doherty, Hope Hunt. Avec Oona Doherty

« When I Write It », réalisé par Nico Opper, Shannon St. Aubin, écrit par Nico Opper, Shannon St. Aubin, Leila Mottley, Ajai Kasim. Produit par Nico Opper, Shannon St. Aubin. (USA) – Première mondiale, court métrage documentaire. Deux adolescents d’Oakland (Leila Mottley, Ajai Kasim) explorent ce que signifie être jeune, noir et engagé à faire de l’art dans leur ville en évolution rapide. Avec Leila Mottley, Ajai Kasim.

« Motorcycle Drive By », réalisé et écrit par David Wexler. Produit par David Wexler, Bradford Coleman. (USA) – Première mondiale, court métrage documentaire. Third Eye Blind ne peut pas terminer son nouvel album à temps pour une tournée massive. Ses fans continuent de montrer, battant des records de fréquentation et soulignant l’importance des coupes profondes du groupe. Avec Stephan Jenkins, Brad Hargreaves, Kryz Reid, Colin Creev, Alex LeCavalier.

Mise à jour requise

Hors de ce short de science-fiction mondiale.

« Carmentis », réalisé et écrit par Antony Webb. Produit par Jaclyn Hewer. (Australie) – Première mondiale, court récit. Un mineur blessé et affligé (Ben Mortley) sur la planète désolée Carmentis doit vaincre ses démons personnels pour survivre, mais peut-il y arriver avant que la planète ne gèle? Avec Ben Mortley, Adriane Daff, Jo Morris.

« The Light Side », réalisé et écrit par Ryan Ebner. Produit par Dominick Ferro. (USA) – Première mondiale, court récit. Un vieux Seigneur Sith (Joseph Ragno) doit affronter son passé et découvrir pourquoi l’humilité peut être la plus grande force de la galaxie. Avec Joseph Ragno.

« Kidnapped », réalisé par Ben Joyner, écrit par Josh Barkey. Produit par Brad Jayne, Thomas Torrey, James Edward Tilden, Henry Drayton. (USA) – Première mondiale, court récit. Un thriller ironique du sud à la première date d’un flic recrue (Jenna Kannell) a terriblement mal tourné. Avec Jenna Kannell, Jay Devon Johnson, Jesse C. Boyd, Rebecca Koon.

« Erreur système », réalisé et écrit par Matt Vesely. Produit par Kirsty Stark. (Australie) – Première mondiale, court récit. George travaille dans un dépanneur, attendant désespérément un ami. Mais George est une unité de service robotique, et les unités de service robotique n’ont pas d’amis. Pas encore, en tout cas. Avec David Quirk, Nick Nemeroff.

« A Better You », réalisé et écrit par Eamonn Murphy. Produit par Quintin Ahern. (Irlande) – Première internationale, court récit. Vivant dans un monde dystopique et néo-steampunk, un jeune homme timide nommé Douglas (Seán T. O’Meallaigh) investit dans un clone de carbone personnalisable pour l’aider à gagner la fille de ses rêves. Avec Seán T. O’Meallaigh, Hannah Mamalis, Charlie Kranz, Aoife Nic Ardghail, Márcio Wille.

« TOTO », réalisé par Marco Baldonado, écrit par Marco Baldonado, Walter Woodman. Produit par Jeremiah Lapointe, Marco Baldonado. (Canada) – Première mondiale, court récit. Rosa Forlano, une Nonna âgée de 90 ans, tombe amoureuse d’un robot tout en lui apprenant à faire des spaghettis. Malheureusement, votre recette est oubliée après une mise à jour logicielle. Avec Rosa Forlano, Simon Dragland, Walter Woodman, Marco Baldonado, Justin Macri, Gabriela Francis, Mary Rose Sciarrillo.

« Jack et Jo ne veulent pas mourir », réalisé et écrit par Kantu Lentz. Produit par Roja Gashtili, Erica Fishman, Kate Bolger. (USA) – Première mondiale, court récit. Jack (Justin Kirk) travaille dans une installation de suspension où les gens choisissent de mettre fin à leurs jours. La nuit de sa suspension, la vie de Jack change quand il rencontre Jo. Avec Justin Kirk, Olivia Edward, Moses Storm, Hemky Wood.

Sans frontières

Des drames convaincants d’ici et d’ailleurs.

« Gray Zone » (תחום אפור), réalisé et écrit par Gal Sagy. Produit par Dor Azulay. (Israël) – Première américaine, court récit. Dans un carrefour urbain, Neta (Rachel Yaron) suit un homme (Udi Pers) qui l’a touchée brusquement et sans son consentement. Avec Udi Persi, Rachel Yaron. En hébreu avec sous-titres anglais.

« Cru-Raw » (Cru), réalisé et écrit par David Oesch. Produit par l’Université des Arts de Zurich. (Suisse) – Première new-yorkaise, court récit. Une jeune chef (Jeanne Werner) doit apprendre que beaucoup de sang, de sueur et de larmes sont nécessaires dans cette cuisine pour préparer chaque plat. Avec Jeanne Werner, Malika Khatir, Nic Aklin. En français avec sous-titres anglais.

« Liliu », réalisé et écrit par Jeremiah Tauamiti. Produit par Ngaire Fuata. (Nouvelle-Zélande) – Première à New York, court récit. Un jeune et ambitieux interprète judiciaire (Vito Vito) risque tout pour aider Nua (Ana Tuisila), une patronne injustement emprisonnée, à revenir avec ses petits-enfants bloqués. Avec Vito Vito, Ana Tuisila, Peter Hayden, Tuiasau Uelese Petai. En anglais, samoan avec sous-titres anglais.

« Soup » (Суп), réalisé par Inga Sukhorukova, écrit par Mark Kirdan, Inga Sukhorukova. Produit par Evgeniia Borisova, Inga Sukhorukova. (Russie) – Première mondiale, court récit. Un bol de soupe peut-il guérir de vieilles blessures? Avec Nikolay Kozak, Andrey Mihhalev. En russe avec sous-titres anglais.

« Blood and Glory », réalisé et écrit par Satinder Kaur. Produit par YJ Meira, Theme L. Staig, Allison Vanore, Kerry Michelle O’Brien, Uzma Xina Kang, Jeff Vespa. (USA) – Première mondiale, court récit. L’amitié de deux vétérans sans abri (Jomarla Melancon, Shara McGlinn) est mise à l’épreuve lorsqu’elles sont confrontées à l’adversité, à la discrimination et à la nature même de la mère. Avec Jomarla Melancon, Shara McGlinn, Ian Littleworth, Tank Jones.

« The Black Veil », réalisé et écrit par A.J. Al-Thani Produit par Vibhav Gautam. (Qatar) – Première mondiale, court récit. Une femme opprimée (Sana Al-Habib) met sa vie en danger pour retrouver sa liberté. Avec Sana Al-Habib, Ahmed Al-Nowfal Al-Tamimi. En arabe avec sous-titres anglais.

« Vera », réalisé et écrit par Laura Rubirola Sala. Produit par Laura Rubirola Sala, Clàudia Maluenda. (Espagne) – Première mondiale, court récit. Vera (Paulina García), fan de musique classique qui travaille comme nettoyeur de nuit, découvre Miguel un homme qui n’a jamais vu mais qui imagine grâce aux objets sur son bureau. Avec Paulina García En catalan avec sous-titres anglais.

Queen Collective de Procter & Gamble en association avec Queen Latifah, Flavor Unit Entertainment et Tribeca Studios

Les documents de cette année présentent des représentations authentiques et positives de diverses femmes devant la caméra et célèbrent les conteurs et réalisateurs multiculturels derrière la caméra.

« Tangled Roots », réalisé par Samantha Knowles. (États-Unis) – Première mondiale. Court métrage documentaire Tangled Roots suit Attica Scott, la seule représentante des femmes noires du Kentucky, alors qu’elle lutte pour démanteler un système de discrimination contre les Noirs pénalisés pour quelque chose d’apparemment inoffensif: ses cheveux.

« Gloves Off », co-réalisé par Nadine Natour et Ugonna Okpalaoka. (États-Unis) – Première mondiale. Court métrage documentaire Gloves Off suit l’histoire d’une jeune policière qui habille et protège sa communauté pendant la journée, puis lie et défend son titre de champion de boxe invaincu la nuit. Alors qu’elle pénètre dans deux arènes dominées par les hommes, le film suit les personnes avec lesquelles elle lutte le plus: les résidents de sa voiture de patrouille, sa ville natale de Floride et les jeunes boxeurs comme elle.

S’inscrire: Restez au courant des dernières actualités cinématographiques et télévisées! Inscrivez-vous ici pour recevoir nos newsletters électroniques.


________________

Article Aléatoire

La lithothérapie, c’est quoi? pierres de lithothérapieLes en les pierres s’appellent la lithothérapie, cette approche holistique de soin est basée sur l’influence subtile que apporter des minéraux. Des beaucoup de individus s’aident de pierres, autant de individus avec autant de réussites. Trouvez des pierres de lithothérapie dans la boutique essencedegaia.fr. Pour comprendre le fonctionnement de la lithothérapie, il faut dans un premier temps reconnaître l’existence d’énergies non visibles qui composent et qui composent tout ce qui est manifesté,

une aura d’énergie qui est aussi réelle que ce que vos yeux vous permettent de voir du plan physique. Ces énergies subtiles qui composent sont affirmation de état d’être aux niveaux émotionnel, mental et spirituel.

Si nous changeons d’émotion nous changeons la fréquence vibratoire de émotionnel. Les minéraux ont une énergie forte avec des caractéristiques super marquées relativement à leur composition et cristallisation, une énergie subtile et stable qui est utilisée en lithothérapie pour influencer notre corps subtile et obtenir des optimisations de état d’être.

La portée de ces améliorations est à prendre tel que des aides agissant à des niveaux différents compte tenu de la pierre utilisée. cristal d’amétyste pierre violette de lithothérapieC’est une méthode de soin holistique car elle a une interaction à in extenso les niveaux de l’être. L’action se fera chez sur système d’énergies subtiles ensuite selon interaction, se transmettra à à nous autres charpente de manifestation qui sont en relation avec le type d’énergie de la pierre, au cran physique, émotionnel, mental et spirituel.
Onjour des pierres de santé, qui seront en relation avec notre besoin, pour rétablir une harmonie, pour « soigner » un problème, aider par contre moyennant des troubles digestifs, à l’encontre de le stress, pour favoriser la guérison, atténuer les douleurs, dynamiser un organe, retrouver le sommeil, lutter à migraines, permettre de passer de productives nuits réparatrices, … Le glèbe d’applications n’a pas de limites.

Au rang de l’efficacité elle se trouve être super variable et dépend principalement de deux points: la profondeur du problème et la sensibilité de la personne. Peu importe la croyance de la personne, la lithothérapie n’est pas un placebo, que l’on croie ou pas aux effets des pierres, elles vont avoir un effet. Par contre, quelqu’un qui est d’un naturel à se protéger, qui n’accepte pas idées nouvelles, qui est du mal à remettre en question ses croyances, ces personnes vont avoir du mal à ressentir des effets rapidement. Cet état d’esprit crée tel que une barrière de défense actif qui empêche d’être positivement influencé selon énergies bienfaisantes des pierres. Tout n’est pas blanc ou bien noir, radicaux degrés d’ouverture d’esprit existent si bien qu’une personne ne sera à la saint-glinglin 100% fermée ni 100% ouverte. Notre sensibilité varie aussi fortement versus état d’être du moment présent.

. druse de cristal de roche, rechargement en lithothérapieOn utilise des pierres de soin également pour développer des capacités, par contre pour aider à la méditation, pour rembourser plus endurant dans l’effort physique, pour augmenter une joie de vivre qui est autrefois bien présente, ainsi qu’à pour embellir l’intuition. Les pierres utilisées sont généralement des minéraux semi précieux et pourquoi pas précieux sous forme de cristaux, travaillés en pierres polies, ainsi qu’à laissés à l’état naturel en pierre brute. Les pierres polies sont privilégiées en lithothothérapie pour le côté pratique, dans la poche d’un vêtement, l’état correct est agréable et n’abîme pas le tissu.

Une fois qu’une pierre vous à transmis son énergie, aura besoin d’être purifiée et rechargée au bout d’un immédiatement afin qu’elle retrouve toutes ses capacités. À ce suje,t vous pouvez consulter les articles sur la purification et sur le rechargement. La lithothérapie peut avoir une forte influence sur notre état d’être dépourvu toutefois qu’elle ne remplace une examen chez un médecin, c’est une aide additionnelle qu’apporte ces thérapie alternative.

Pour décourir notion de tout pierre, vous trouverez une grande liste à droite de cet page, aussi des sujets utiles pour utiliser les pierres en soins, Bonne lecture! La lithothérapie est avant apporté beaucoup à énormément de personnes à travers le monde, pourquoi pas à vous? Qu’est ce que la lithothérapie ? Aujourd’hui, la lithothérapie est étendu sur la planète entier, tout or moins dans son impression originel qui est l’utilisation des pierres. À titre d’exemple, l’industrie s’est emparé du spath pour utiliser ses propriétés vibratoires, doté d’une fréquence à la fois femme et unique, pour réaliser des montres. Qui ne possède ainsi qu’à n’a possédé d’or cours de ces dernières années une montre à quartz ? Nous ne parlons pas non plus des parures de bijoux en pierres naturelles pendant lesquelles nous avons été séduits en beauté. Pas dans l’hypothèse ou loin que cela à l’époque, nos aïeux offraient régulièrement les cadeaux naturels de la nature, connaissant parfaitement leurs bienfaits et vertus. Au dehors des symboles, les quantités infinitésimales de minéraux intéressent les chercheurs contemporains pour leur densité et condensé de propriétés.

Dans un registre plus spirituel, nous entendrons un peu crier de vertus des pierres cependant de deux ans reposent sur ces même thèse qu’est la composition chimique de chacun minéral son impact sur son environnement.

Des résultats sont aujourd’hui prouvés, notamment au travers de la magnétothérapie qui s’appuie sur la connaissance de la magnétite dans un processus d’autoguérison. Les vertus sédatives de la pierre d’aimant permettent ainsi un pressé dans ce cadre bien précis.

Dans un parallèle similaire, le cuivre détient également des reconnues thérapeutiquement. Aujourd’hui, beaucoup de chercheurs s’accordent pour dire que l’impact vibratoire et actif des pierres sur psychisme et physique est issu d’une analogie structurelle. Quotidiennement, des éléments minéraux essentiels sont ingérés pour notre équilibre structurel. Ainsi, déposer une pierre or creux de sa menotte ou encore secourir un bijou en pierres naturelles disposant des vertus appropriés peut s’avérer essentiel pour pallier à ce manquement.

La pierre en interrogation déclenche or contact de la peau une résonance vibratoire singulière qui va stimuler les minéraux organiques, retirant de potentiels dysfonctionnements corporels. Chaque minéral adroit d’une vibration unique et offre ainsi une activation des espace énergétiques (chakras).

Cette pulsation va varier par rapport à sa composition chimique, de sa structure cristalline et de sa couleur. La pierre ainsi qu’à le minéraux en interrogation disposera ainsi de uniques et permettra de réguler une fraction de notre corps, ensuite de retrouver son équilibre fonctionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *