Cessons de craindre notre force!

La portée et la durée du mouvement de défense des retraites sont impressionnantes, mais jusqu’à présent, elles n’ont pas suffi à soumettre le gouvernement. Pour arrêter le rouleau compresseur néolibéral, nous devons accélérer, contribuant à un soulèvement massif de la société. Pourtant, nous ne devons pas craindre notre propre pouvoir.

JPEG

Nous ne reviendrons pas aux Trente Glorieuses. Pendant cette période (1945-1975), un équilibre fragile a été trouvé entre les capitalistes et les travailleurs. Ces derniers, soutenus par de puissantes organisations syndicales et politiques, ont réussi à imposer une conquête sociale aux employeurs. L’État, même s’il reste le garant de l’ordre capitaliste, continue de garantir sérieusement un certain nombre de missions de service public (école, santé, protection sociale). La sécurité sociale, en revanche, est toujours gérée, au moins en partie, par de puissants représentants des travailleurs. Ce temps est révolu et ne reviendra jamais.

Certes, l’équilibre des pouvoirs entre les classes sociales pourrait à nouveau changer. On espère que les travailleurs adhéreront et s’organiseront à nouveau, notamment par le biais des syndicats, mais pas seulement, pour retrouver leur ancien pouvoir. Le mouvement actuel de défense des retraites semble montrer qu’une telle évolution est possible. Le simple fait, par exemple, que les cadres de la CFE-CGC descendent régulièrement dans la rue depuis la triste loi « du travail » (2016) est un signe d’espoir, même s’il montre aussi à quel point les classes moyennes sont touchées. pour les « réformes » néolibérales. Mais même si nous parvenons à modifier l’équilibre des pouvoirs de manière durable, nous ne pouvons pas revenir aux Trente Glorieuses. L’engagement entre ouvriers et capitalistes, à cette époque, était largement basé sur une forte croissance (comme au Brésil ou au Venezuela au début de ce siècle). La richesse produite augmentant considérablement chaque année, il a été possible de satisfaire les actionnaires, les salariés, les assurés et les usagers des services publics. Cependant, cette forte croissance est peu probable, et elle est bien meilleure, car elle reposait, entre autres, sur une surexploitation de la nature, source de déchets et de pollution. Une grande partie des catastrophes écologiques de notre époque (réchauffement climatique, pollution omniprésente, disparition massive d’espèces) trouve son origine dans cette période de production et de consommation effrénées. Les trente glorieux n’étaient pas tellement, après tout.

Malgré cela, le capitalisme a subi une grande transformation dans les années 1970 et 1980. De social-démocratie keynésienne, fordiste, teintée, elle est devenue néolibérale. L’État, dans de nombreux pays, et pas seulement en France, s’est mis exclusivement au service du capitalisme financier et déréglementé. Pour satisfaire les actionnaires toujours gourmands quand la croissance était faible, il fallait privatiser tout ce qui pouvait être et mettre les travailleurs du monde entier en concurrence pour réduire le «coût du travail», d’où la destruction progressive des services publics, sécurité sociale, droit du travail. D’où aussi la mondialisation financière et l’émergence de l’Union européenne, véritable machine à niveler les salaires, les conditions de travail, les impôts et l’autonomie politique et économique des peuples.

Les « réformes » successives des retraites s’expliquent par cela. Les citoyens les plus riches ne veulent plus financer la sécurité sociale, et les entreprises privées (compagnies d’assurance, banques, gestionnaires d’actifs comme AXA, BNP ou BlackRock) voient tous les milliards de personnes qui peuvent prendre de l’argent. le développement de la retraite financée. Le projet actuel de « réforme » exonère presque totalement les revenus les plus élevés des cotisations de sécurité sociale. Pour un revenu brut de plus de 120 000 par an, les cotisations ne seront que de 2,8% au lieu de 28%. Il suffit de dire que cela ne peut que conduire au développement des fonds de pension, au détriment du système de retraite par répartition.

Les paris financiers sont considérables, mais les paris politiques aussi. Pour l’oligarchie politico-économique, il est important de diviser les citoyens (par exemple en pointant du doigt les «privilégiés» qui bénéficient de régimes spéciaux) et de les affaiblir en les appauvrissant. C’est pourquoi M. Sarkozy n’a pas cédé à la fin de sa retraite à 60 ans, en 2010, alors que même la CFDT était dans la rue. C’est pourquoi M. Macron ne renoncera pas à son projet de retraite, en tout cas, si le niveau de mobilisation n’augmente pas de plusieurs niveaux. Si les dirigeants politiques ne bougeaient que par leur désir d’être réélus, ils prendraient plus d’engagements. Mais pour Macron, comme par le passé pour Sarkozy, le plus important est de faire le sale boulot que lui confie l’oligarchie économique. En cela, il est comparable à ces directeurs des ressources humaines qui annoncent un plan (anti) massif aux salariés d’une entreprise, au risque d’être hué, détesté voire même maltraité. Macron préférerait probablement être populaire et avoir la possibilité d’être réélu. Peut-être qu’il espère même l’emporter en 2022 contre Marine Le Pen, comme il l’a fait en 2017. Mais, à moins qu’il ne soit un parfait idiot, ce qu’il n’est probablement pas – il sait très bien que ce pari est encore plus risqué qu’il y a trois ans, et que beaucoup moins d’électeurs verront en lui un rempart contre le fascisme.

Il faut dire que le « centriste » Macron a une forme de gouvernement qui n’est pas sans rappeler celle de l’extrême droite. Après avoir brutalement honteusement brutalisé un grand nombre d’étrangers, à Calais, Paris ou à la frontière franco-italienne, par exemple, il a attaqué ses propres concitoyens. Les violences policières ont pris des proportions telles qu’elles ont suscité un scandale massif en France mais aussi à l’étranger. Même au sein de la majorité, certains parlementaires ont été surpris pour la mort récente de Cédric Chouviat.

Très récemment, au festival d’Angoulême, le designer Jul a réussi à persuader M. Macron de tenir un t-shirt dénonçant l’utilisation de la LBD par la police, et notamment le fait que ces armes aient surpris de nombreux manifestants. Cette image résume bien la situation actuelle du gouvernement. L’empereur n’a plus de légitimité. Il est nu ou habillé uniquement avec la violence de l’État.

Mais M. Macron n’est pas le principal problème de cette histoire. Supposons qu’après une amplification de la mobilisation, il demande la démission de Philippe et abandonne son projet de « réforme » (= détérioration) des retraites. Supposons même qu’il démissionne et qu’il y ait des élections présidentielles anticipées. La grande majorité de la société y gagnerait sans aucun doute une victoire considérable. Mais cela ne serait que reporté. En 1995, Jacques Chirac a cédé à la mobilisation des salariés, du moins en ce qui concerne la partie de la « réforme » qui a touché le secteur public. Mais, il est retourné au pouvoir en 2003, où il a finalement réussi. Et cette panne de la sécurité sociale et du système de distribution s’est poursuivie jusqu’à aujourd’hui. Voilà pourquoi nous devons nous lever solidement, mais aussi durable, non seulement pour supprimer les dirigeants actuels, mais aussi pour changer radicalement le système politique et économique.

Aurons-nous le courage? Tout y est. Lorsque j’ai participé activement à l’association ATTAC d’alter-mondialisation, entre 2000 et 2007, j’ai été l’une des rares personnes à penser qu ‘ »un autre monde est possible ». Il me semble que la plupart des gens étaient intoxiqués par le slogan de Mme Thatcher: TINA, Il n’y a pas d’allergies (il n’y a pas d’autre solution, le système actuel est le seul possible). Aujourd’hui, de plus en plus de gens sont convaincus qu’il est possible de quitter le système politico-économique. Dans les marches climatiques, les slogans ne sont pas simplement dirigés contre le néolibéralisme: le capitalisme lui-même est critiqué, comme avant la régression sociale des années 1980. Quant aux gilets jaunes, même si leurs slogans ne sont pas tous révolutionnaires, ils demandent généralement une profonde démocratisation des institutions, conscients que notre république n’est démocratique que de nom. Et ces nouveaux slogans, qu’ils soient écologistes ou gilets jaunes, reflètent certainement un changement d’esprit beaucoup plus global. Une seule chose est d’être conscient qu’un changement est possible et nécessaire, une autre est de se mobiliser spécifiquement pour y parvenir.

Il y a de bonnes raisons de craindre un soulèvement massif. Tout d’abord, un tel mouvement peut avoir des résultats mitigés (comme la révolution islandaise d’il y a dix ans), voire conduire à un durcissement du régime (comme ce fut le cas en Egypte par exemple). On peut aussi craindre une période de chaos, de guerre civile, qui bénéficierait, au moins provisoirement, à un parti d’extrême droite. Tout cela est bien sûr concevable. Un soulèvement massif ne suffit pas à lui seul pour instaurer un régime plus démocratique, plus social, plus juste et plus vert. Mais, si ce n’est pas une condition suffisante, c’est une condition nécessaire. Si nous laissons la domination actuelle des capitalistes et de l’État de gendarme à leur place, il n’y a aucune raison que les choses s’améliorent. On peut toujours aller plus loin dans la brutalité policière, la dérive dictatoriale de la république, la destruction de la législation du travail et de la protection sociale voire les catastrophes écologiques. Alors n’ayons pas peur de notre force! Comme l’a dit François Ruffin (je ne sais pas si la formule est la sienne): Ils ont des milliards, nous sommes des millions. Se lever n’est pas sans risques. Mais c’est toujours plus raisonnable que de laisser une poignée de mégalomanes irresponsables détruire tout ce qui est beau dans notre monde.

P. S. Aux personnes qui souhaitent aller plus loin dans cette réflexion, je recommande la lecture cette interview accordé il y a quelques mois à l’humanité par l’économiste et philosophe Frédéric Lordon.


Source link
________________

Article Aléatoire

La lithothérapie, c’est quoi? pierres de lithothérapieLes soins en les pierres s’appellent la lithothérapie, cet approche holistique de soin est basée sur l’influence subtile que peuvent apporter des minéraux. Des beaucoup de personnes s’aident de pierres, autant de personnes avec autant de réussites. Trouvez des pierres de lithothérapie dans la boutique essencedegaia.fr. Pour comprendre le fonctionnement de la lithothérapie, il faut dans un premier temps reconnaître l’existence d’énergies non visibles qui nous composent et qui composent tout ce qui est manifesté,

une aura d’énergie qui est aussi réelle que ce que vos yeux vous permettent de voir du plan physique. Ces énergies subtiles qui composent sont les marque de notre état d’être aux niveaux émotionnel, mental et spirituel.

Si nous changeons d’émotion changeons la fréquence vibratoire de notre émotionnel. Les minéraux ont une énergie forte avec des caractéristiques pas mal marquées compte tenu de composition et cristallisation, une énergie subtile et stable qui est utilisée en lithothérapie pour influencer notre corps subtile et obtenir des optimisations de notre état d’être.

La portée de ces améliorations est à prendre comme des aides agissant à des niveaux différents compte tenu de la pierre utilisée. cristal d’amétyste pierre pensée de lithothérapieC’est une astuce de soin holistique elle a une interférence à tous les niveaux de l’être. L’action se fera chez sur notre système d’énergies subtiles alors parmi interaction, se transmettra à à nous autres organigramme de manifestation qui sont en relation avec le type d’énergie de la pierre, or marche physique, émotionnel, mental et spirituel.
Onorifice des pierres de santé, qui seront en relation avec notre besoin, pour rétablir une harmonie, pour « soigner » un problème, aider à l’opposé près des troubles digestifs, opposé le stress, pour favoriser la guérison, réduire les douleurs, dynamiser un organe, retrouver le sommeil, lutter moyennant migraines, permettre de passer de providentielles nuits réparatrices, … Le terre d’applications n’a pas de limites.

Au pas de l’efficacité elle se trouve être très variable et dépend principalement de de de deux ans ans points: la profondeur du problème et la sensibilité et spécificité de la personne. Peu importe la croyance de la personne, la lithothérapie n’est pas un placebo, que l’on croie et pourquoi pas pas aux effets des pierres, elles vont avoir un effet. Par contre, quelqu’un qui est d’un naturel à se protéger, qui n’accepte pas les idées nouvelles, qui est du mal à remettre en question ses croyances, ces personnes auront du mal à ressentir des effets rapidement. Cet état d’esprit lancée tel que une barrière de défense énergétique qui empêche d’être positivement influencé par énergies bienfaisantes des pierres. Tout n’est pas blanc ainsi qu’à noir, achevés degrés d’ouverture d’esprit existent si bien qu’une personne ne sera jamais 100% fermée ni 100% ouverte. Notre sensibilité varie aussi fortement par rapport à état d’être du pressant présent.

. druse de cristal de roche, rechargement en lithothérapieOn utilise des pierres de soin également pour développer des capacités, par exemple pour aider à la méditation, pour rendre plus endurant dans l’effort physique, pour augmenter une joie de qui est autrefois bien présente, ou pour embellir l’intuition. Les pierres utilisées sont généralement des minéraux semi précieux ou bien précieux de cristaux, travaillés en pierres polies, ainsi qu’à laissés à l’état naturel en pierre brute. Les pierres polies sont privilégiées en lithothothérapie quant à côté pratique, dans la poche d’un vêtement, l’état convenable est agréable et n’abîme pas le tissu.

Une qu’une pierre vous à transmis son énergie, aura besoin d’être purifiée et rechargée dernier d’un immédiatement afin qu’elle retrouve toutes ses capacités. À ce suje,t vous pouvez consulter les articles sur la purification et sur le rechargement. La lithothérapie peut avoir une forte influence sur état d’être sans toutefois qu’elle ne remplace une consultation chez un médecin, c’est une aide additionnelle qu’apporte ces thérapie alternative.

Pour décourir les sapience de chacun pierre, vous verrez une grande liste à droite de cet page, aussi des sujets utiles pour utiliser pierres en soins, Bonne lecture! La lithothérapie est précédemment apporté beaucoup à énormément de personnes à travers le monde, pourquoi pas à vous? Qu’est ce que la lithothérapie ? Aujourd’hui, la lithothérapie est détaillé sur la planète entier, tout en or moins dans son sens originel qui est l’utilisation des pierres. À titre d’exemple, l’industrie s’est emparé du cristal pour utiliser ses vibratoires, doté d’une fréquence à la fois légitime et unique, pour créer des montres. Qui ne a et pourquoi pas n’a possédé en or cours de ces dernières années une montre à quartz ? Nous ne parlons pas non plus des parures de ornements en pierres naturelles en lesquelles nous avons été attirés dans leur beauté. Pas si loin que cela à l’époque, nos aïeux offraient régulièrement cadeaux naturels de la nature, connaissant parfaitement et vertus. Au dehors des symboles, quantités infinitésimales de minéraux intéressent les chercheurs contemporains pour densité et condensé de propriétés.

Dans un registre plus spirituel, nous entendrons préférablement balbutier de vertus des pierres par contre les deux reposent sur ces même thèse qu’est la composition chimique de tout minéral et de son impact sur son environnement.

Des résultats sont aujourd’hui prouvés, notamment au travers de la magnétothérapie qui s’appuie sur la connaissance de la magnétite dans un d’autoguérison. Les vertus sédatives de la pierre d’aimant permettent ainsi un élevé dans ce cadre bien précis.

Dans un parallèle similaire, le cuivre possède également des reconnues thérapeutiquement. Aujourd’hui, de nombreux chercheurs s’accordent pour dire que l’impact vibratoire et énergétique des pierres sur psychisme et notre physique est issu d’une analogie structurelle. Quotidiennement, des éléments minéraux essentiels sont ingérés pour notre équilibre structurel. Ainsi, déposer une pierre d’or creux de sa menotte mais aussi remonter un bijou en pierres naturelles disposant des vertus appropriés s’avérer essentiel pour pallier à ce manquement.

La pierre en interrogation déclenche en or contact de la peau une résonance vibratoire singulière qui va stimuler minéraux organiques, retirant de potentiels dysfonctionnements corporels. Chaque minéraux élastique d’une heurt unique et offre ainsi une activation des entourage énergétiques (chakras).

Cette battement voltampère varier relativement à sa composition chimique, de sa structure cristalline et de sa couleur. La pierre ou le minéral en question disposera ainsi de vertus spécifiques et a pour objet de réguler une fraction de corps, ensuite de retrouver son équilibre fonctionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *